1 mois 

Aujourd’hui, vendredi 11 août, Perluette a quatre semaines. Notre premier mois ensemble. Premier mois séparées, aussi, d’une certaine façon. Il parait que « dans le temps », on considérait ce premier mois comme le dixième mois de grossesse. C’est un peu sur ce mode-là qu’on a vécu, d’autant que le 9ème mois de grossesse a duré … 2 jours!

Avant-hier, jeudi 8 août, c’était le terme théorique de Perluette.

Est-ce pour cette raison ou parce que les planètes étaient bizarrement alignées, j’ai l’impression de « découvrir » le plaisir du maternage intensif…

 

J’ai ce besoin physique d’avoir Perluette contre moi. On a passé les 28 dernières nuits en cododo, chose que je n’avais pas faite pour les deux autres. J’avais trop peur de les écraser. Je dormais très mal avec eux. Cette fois-ci, je ne pourrais pas dormir sans elle!

 

Pour elle comme pour moi c’était comme un mois de transition entre la grossesse et … la vraie vie!

 

 

Pour Chupenn et Wendoï j’avais besoin de retrouver mon intégrité physique. A la maternité, juste après la naissance de Chupenn, j’avais rêvé que je faisais du ski de fond sous les sapins enneigés! J’avais envie de passer à autre chose, de remettre des habits normaux, de perdre mes kilos, de sortir. Après Wendoï, j’avais repris le chemin de la piscine bien avant les 6 semaines règlementaires. J’en avais besoin.

Ce mois-ci j’ai traîné dans mes habits de grossesses, et ma combi-short bleu marine est en passe de devenir ma seconde peau. C’est le coté « pas glam » de cette maternité.

 

Je n’ai pas mis le nez dehors. Hormis quelques tours dans le jardin, j’ai fait une unique promenade. Chaque sortie a de toute façon coïncidé avec des pleurs plus importants en soirée. Elle comme moi, on n’est pas prêtes pour le plein-air.

 

 

4 semaines de bonus, ma Perluette!

 

Je crois que pour Chupenn comme pour Wendoï, dès la naissance, un chronomètre s’était déclenché… Tic-tac, tic-tac, bientôt la reprise du boulot. 10 semaines, ça passe très vite. Alors il fallait vite, vite, trouver un rythme. Cette fois-ci, ce n’est pas 10 mais 16 semaines. Mais surtout, elles n’ont pas commencées, enfin, si, elles ont commencé depuis hier. Ce mois-ci, c’était du bonus.

 

et Perluette?

Perluette a beaucoup, beaucoup dormi ce mois-ci. C’est en train de changer mais, les premières semaines elle ne se réveillait que pour téter – quand ce n’était pas moi qui la réveillait – Elle a dormi beaucoup plus que ses deux aînés. Alors, moi aussi.

D’un sommeil ultra-fragmenté, bien-sûr mais je ne manque pas de sommeil. Rien que de l’écrire, ça me semble dingue.

 

C’est tellement plus facile aussi. Sauf exception, elle a (du coup) peu pleuré, aussi. Pour avoir eu un bébé-dragon, il faut admettre que c’est plus facile d’être collée-serrée avec un angelot endormi plutôt qu’avec un bébé hurleur.

 

En revanche, Perluette a été livrée sans l’option Jour/ Nuit.

 

Les nuits ressemblant aux jours, on dort quand on peut. Du coup, on ne sait plus si « tout à l’heure » était « hier » ou « aujourd’hui ».

 

Ce mois-ci m’a laissé l’impression d’une grande « fête de la marmotte ». Comme dans le film où Bill Muray revit tous les jours la même journée, les jours passent et se ressemblent. Dormir, allaiter, manger, dormir, allaiter, manger. L’heure à laquelle on prend sa douche ou la couleur du body deviennent les marqueurs les faits marquants d’une journée.

Les semaines s’enfilent parfois à toute allure et parfois les jours traînent. Hier, la voisine me parlait du 28 juillet

« ah c’est bientôt, alors? »

ben, non banane, c’est passé depuis une semaine…

 

Finalement, c’était un mois… étonnant! Moi qui n’avais jamais été fan de la période du maternage intensif, j’ai été saisie par une espèce de nécessité. Belle contrepartie à une grossesse un petit peu écourtée!

Depuis quelques jours, Perluette dort moins, s’éveille. Ce matin, même si ça me paraît vraiment tôt, elle m’a peut-être fait son premier sourire conscient. (j’étais tellement éberluée, que j’en ai oublié de pleurer!). En avant pour le deuxième mois, qui réservera certainement aussi son lot de surprises.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

11 comments on “1 mois 

  1. Le Rire des Anges
    11 août 2017 a 8 h 45 min

    C’est drôle ce besoin de maternage intensif, je l’ai eu pour Fripouille et ça a duré longtemps. Pour Petite Marmotte j’ai plus envie de prendre l’air et que Papa Fripouille prenne plus de place au près d’elle!
    Vous êtes dans votre bulle, profitez en!

    • Johanna
      11 août 2017 a 19 h 04 min

      L’inverse de moi (dans l’ordre des enfants)! A quoi est-ce dû?? Mystère…

  2. elisamarnet
    11 août 2017 a 10 h 58 min

    je n’ai pas eu ce tel besoin d’être collé et maintenant avec le recul (il a 17 mois), ça me manque, tu as bien raison d’en profiter à fond. pour le cycle jour/nuit ça va venir 😉 le plus tôt possible j’espère ! bises

    • Johanna
      11 août 2017 a 19 h 08 min

      Oui, je sais pourquoi ça te manque actuellement! Mais t’inquiète tu auras plein d’autres phases de complicité avec lui. Le jour/nuit, ça va déjà mieux!

  3. Tata montagne
    11 août 2017 a 21 h 09 min

    Joyeux 1er mois perluette Et profitez bien de ces moments précieux

  4. Alexe D.
    11 août 2017 a 21 h 40 min

    Tu sembles tout vivre comme si c’était ton premier bébé. Ca me fait penser à ce qu’a toujours dit ma maman, elle a deux enfants unique !
    Vous etes belles

  5. mamansurlefil
    12 août 2017 a 11 h 08 min

    Joyeux 1

  6. lesdelicesdeframboise
    14 août 2017 a 11 h 22 min

    Joyeux premier moi petite permette !
    Tu me donnes envie de replonger dans le maternage, malgré la fatigue j’ai adoré l’avoir collé contre moi, qu’il dorme des heures sur moi !
    Je t’embrasse toi et ta tribu !

    • Johanna
      14 août 2017 a 14 h 32 min

      Merci! Je te souhaite d’y replonger quand le moment sera venu, c’est si bon!

  7. Die Franzoesin
    15 août 2017 a 11 h 52 min

    Je me reconnais un peu dans la description de ces premières semaines même si de mon côté j’ai toujours été comme ça ce n’est pas vraiment une surprise 🙂 . Charles a aussi tendance à beaucoup dormir j’ai hâte de découvrir son petit caractère (ou je rêve secrètement que ça continue aussi un peu 🙂 ) .

  8. Claire
    21 août 2017 a 18 h 44 min

    Déjà un mois, que ça passe vite. Profite bien de ces moments.

Un petit commentaire et je suis au paradis!