2-3 histoires de doudous

Le week-end dernier, après une bonne après-midi entre amis, un doudou, (celui-là s’appelait Fafon), s’est égaré chez nous. Certainement parce qu’il n’avait pas fait tout son saoul de trampoline au moment de reprendre le tram du retour.

Sur le coup, la propriétaire de Fafon n’avait pas l’air si catastrophée que ça, à l’idée que Fafon prenne un peu des vacances à la campagne. Bien-sûr, dès le lendemain, Fafon a fait le voyage en enveloppe kraft, au bon soin d’un facteur pas très pressé. Quelques jours plus tard, j’ai reçu la photo d’une petite fille que je connais bien, en larme, avec une enveloppe déchirée aux pieds et un Fafon en main. Des retrouvailles émouvantes, même par WhatsApps interposé. Je me suis souvenue de ce que ces bouts de chiffon représentent pour leurs propriétaires…

Et à bien y réfléchir, il y en a plein des histoires de doudou.

doudou wendoi

Je me souviens très bien par exemple des retrouvailles avec MON doudou. J’avais 10-12 ans et plus de doudou depuis de nombreuses années, suite à sa disparition inexpliquée. J’en avais pas fait une maladie, à l’époque, certainement que le temps était venu de nous séparer, doudou et moi. Ce soir-là, mon grand-père avait promis une séance de super-8 (paye ton coup de vieux). Pour ceux qui ne connaissent pas #parcequ’ilssonttropjeunes, (et qui donc, m’énervent), sachez que le super-8, c’était ces petits films courts et muets option technicolor à fond les ballons, qu’on avait, nous, pour immortaliser nos premiers pas, avant le caméscope (VHS, le caméscope). Bref, mon grand-père, très méticuleux, sort cérémonieusement ses boîtes de films, sa caméra, tenant la ribambelle de gamins en haleine, et commence à briquer l’objectif avec un curieux chiffon rose et blanc, imprimé cirque.

 » –  F*/!:  de  P!/##  de  M§\-*  ! Mon doudou! « 

Contrairement à moi, ça ne l‘a pas trop ému, le papi, d’être convaincu d’enlèvement de doudou depuis des années. Pour sa défense, il a juste expliqué qu’il l’avait trouvé « tout doux », (tu m’étonnes), et d’ailleurs… il me l’a pas rendu. (et je crois que dans ma pré-adolescence débutante, et devant mes cousins, j’ai pas osé le réclamer).

 

Je me souviens aussi de la perte, tout aussi inexplicable, du doudou de Chupenn. Celui-là s’appelait  » La Souris » (mon fils, cet être over-rationnel). L’hiver de ses 3 ans, Chupenn n’a rien trouvé de mieux que d’expérimenter les convulsions fébriles, genre de crise d’épilepsie version pas-grave mais tout aussi impressionnant. La première fois que c’est arrivé, le 25 novembre 2013 (non, non j’ai pas la mémoire des dates, c’est juste qu’on était en train de souhaiter l’anniv d’un ami et qu’en décrochant le téléphone, au lieu du convenu « bonaniversèèèèèère » il a entendu un « appelle-les-pompiers », (nettement plus original), suivi d’un raccrochage au nez (de rien)). Bref, après une radio des poumons (niveau facile), prise de sang (humm) , ponction lombaire (l’horreur), « on est rassurés », sauf que Chupenn est quand même hospitalisé au cas où, (et ce « cas »-là fait qu’on n’est pas rassurés du tout). Le lendemain, Chupenn pète une forme olympique, ne se souvient de rien (même pas d’être monté dans le camion des pompiers, c’est balot) et le pédiatre, est plus du tout inquiet. Et plus de Souris. On cherche partout (c’est à dire dans le lit).

Ça n’a pas été un traumatisme pour Chupenn qui, aussitôt le bon de sortie signé, a retrouvé un doudou identique (#magie). C’était nous, les parents, les traumatisés. Symboliquement, c’était assez parlant d’y laisser un doudou.

 

Enfin, généralement, les doudous, on les retrouve.

Je ne compte plus le nombre de fois où une Souris vient au travail, en passager clandestin, dans mon sac à main. A l’automne dernier, c’était dans le sac à main de Mamée que la Souris s’est faite la malle. Finalement, elle a passé l’hiver chez les grand-parents, elle est revenue même pas bronzée.

 

La recette imparable contre la perte du doudou est signée Wendoï :

Elle a choisi un doudou super-maxi  : une turbulette velours taille 18 mois qui la suit comme une traîne de princesse. Sauf que dans notre Palais Royal à nous, ça manque un peu de petit personnel pour balayer quinze fois par jour, vous voyez. Bref, l’enjeu avec le doudou imperdable, c’est de le laver.

Cet été, on a fait une lessive de doudou. Pour arriver à mes fins, j’ai embarqué dans l’histoire la cousine Caramella, (6 ans, et deux doudous d’une couleur assez indéfinie), Chupenn (5 ans et demi, maître de « la Souris ») et Wendoï, (2 ans, doudou plus grand qu’elle, de la couleur de ses dessous de pieds).

Ils les ont mis dans la machine, mais on aurait dit des parents qui regardent partir le bus du voyage scolaire… Contents mais inquiets, excités et terrifiés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les trois auraient bien passé 2 heures à regarder tourner la tambour de la machine…

Un peu plus que deux heures, même, puisque Wendoï n’a pas pu s’empêcher de tripoter le programmeur (ou programmateur, hein, Ally, si tu me lis, tu vois cette notion n’est toujours pas acquise). Un peu moins de deux heures, en fait puisqu’il fallait aller manger (« si vous finissez vos assiettes vous pourrez aller voir si la lessive » #chantage).

Je sais pas bien comment finir ce post, sinon à me rappeler que ces doudous, d’après Winnicott (pas Winnie l’ourson, l’autre), c’est un peu de nous, pour eux...

En même temps, avec l’énergie qu’on met à les chercher le matin à 8h17, c’est pas volé…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

6 comments on “2-3 histoires de doudous

  1. Le Rire des Anges
    26 août 2016 a 10 h 30 min

    Ha ha!! Quelle histoire ces doudous! Je connais les super-8, je viens donc en amie 😉 par contre ceux que j’ai récupérés ne sont pas muets et ça c’est drôle, très drôle de les entendre tous… Même ceux que je n’entends plus depuis bien longtemps!

    • Johanna Lara
      27 août 2016 a 16 h 11 min

      Whaou ! T’as tout le matos, camera et tout ! Je ne sais pas ce que sont devenus les films de mon grand-père… Il faut que je mène l’enquête… Tu me mets le doute pour le son, si ça se trouve, il y en a.:)

  2. maman délire
    26 août 2016 a 10 h 54 min

    je suis de la team super 8 !!!! « si vous finissez vos assiettes vous pourrez aller voir si la lessive » j’adore !!

    • Johanna Lara
      27 août 2016 a 16 h 12 min

      Oh oui ! Faisons une team super-8 !

  3. zenopia
    27 août 2016 a 4 h 43 min

    VHS et super8, j’en suis !!!
    Nous, on a embarqué le doudou d’une autre petite fille que la nôtre après un stage… drame, coup de fil, trajet en urgence le week end dans la structure ^^ sacré doudou ^^

    • Johanna Lara
      27 août 2016 a 16 h 14 min

      J’espère que c’était pas trop loin !

Un petit commentaire et je suis au paradis!