Ce soir, malgré les microbes, l’heure du coucher (un peu) dépassée, et le brouillard givrant (autre spécialité lyonnaise hivernale), on a allumé nos photophores et illuminé les fenêtres donnant sur la rue. Les enfants se sont rhabillés par-dessus les pyjamas, et on a fait un mini-tour du quartier pour admirer les illuminations des voisins. LeDécouvrir la suite

0
Partager