Un week-end aux Urgences

Ce week-end, j’ai eu le sentiment d’être à la croisée des chemins, de vivre un de ces moments qu’on oubliera pas et qui aurait pu être un tournant définitif dans notre vie. Ce week-end, on s’est souvenu le bonheur à force d’être quotidien n’en est pas moins à savourer.

 
 

Vendredi 16H. Voix blanche de Pacs-que-c’est-Lui au téléphone. Perluette ne tient plus ni debout ni assise. Pas de signe avant-coureur. Elle est dans le gaz depuis que Nounou est allée la chercher d’une sieste (anormalement?) longue.
 
 
Un enfant amorphe qui ne tient plus assis? C’est un symptôme qui ne m’évoque rien. Sauf l’idée que c’est grave. Plus inquiétant, notre médecin, contactée par téléphone pense pareil.
 
 

Ils sont déjà en route pour les Urgences. Mon estomac se noue. Mais j’attends quand même la fin de ma requête SAP (2h20, 672 pages) pour partir. Je sais qu’à ce moment-là, je ne peux rien faire.
 
 
Je me dis que si je n’ai pas de nouvelles rapidement, c’est bon signe. Mais Perluette a le bracelet de la bonne couleur pour passer devant tout le monde aux Urgences.
 
 
Je récupère Chupenn et Wendoï qui fondent en larmes en apprenant où est leur sœur. Je résistais bien à la pression lacrymale, jusque là. On regarde Pokemon. L’histoire me paraît aussi absconse qu’un documentaire de sur l’impact du Kantisme sur l’Expressionnisme pendant les Années Folles. Mais je résiste à Doctissimer mes angoisses.
 
 
J’échange 212 SMS avec la nounou effrondrée, en gobant un paquet d’Oréo entier (note pour plus tard, vraiment, j’aime pas les Oréo).

 
 

Puis, je cuis 3 coquillettes sous l’œil sceptique de Wendoï :
 

Y’a pas de légumes? Et on est pas même pas obligé de prendre un fruit?

 

 

En définitive, après deux jours d’hospitalisation, un scanner, une ponction lombaire et autres joyeusetés médicales, on est rassuré. A 95%. « on » pense, contre l’avis du staff ORL, que Perluette a un trouble de l’oreille moyenne. Ce qui correspond à une excellente nouvelle, l’autre alternative étant neurologique option « longue maladie ». Evidemment, ça aurait été mieux si les ORL avaient consenti à l’hypothèse. Hypothèse qui demandera donc une IRM sous anesthésie générale, dans quelques jours, pour être confirmée .
 
 

J’ai eu beau causer contre-apposée vs réciproque avec l’interne ORL,

« ok, il n’y a pas d’argument POUR une labyrinthite, je comprends que ça veut dire que vous ne PROUVEZ pas l’existence de labyrinthite mais est-ce que ça EXCLUE la POSSIBILITE d’une labyrinthite? »

y’a pas eu moyen. Le type n’apprécie pas l’art de la rhétorique.
 
De la part d’un mec qui a BAC +6 de l’oreille et qui se ballade sans otoscope, franchement, c’est limite vexant.
 
 
Cela dit, j’envisage sérieusement de passer le C.A.P. Neurologie par validation des acquis pour avoir fait croire à la pédiatre que j’étais de la partie.

 

 

Pendant ces deux jours, j’ai eu l’impression d’être sur un chemin du crête, surplombant le versant ensoleillé de notre vie habituelle, avec, de l’autre coté, le versant à l’ombre, au paysage désolé et hérissé de cailloux pointus, ce qui aurait pu devenir notre vie. Le souhait de savoir et de retrouver le coté ensoleillé n’ayant d’égal que la crainte de se retrouver du mauvais coté.
 
 
Paradoxalement, le temps passé ce week-end à jouer avec Perluette a aussi été un moment de vrai bonheur. On s’est ennuyée toutes les deux à se lancer une petite voiture pendant plusieurs heures dans une connexion que je ne pense pas avoir expérimenté. En hommage à cette expérience de V.V. (vraie vie), et aussi par superstition, comme si me « priver » allait augmenter nos chances de succès, j’ai désinstallé le soir-même Insta de mon téléphone.

 
 

Quand Perluette est rentrée, dimanche après-midi, mes colliers de nouilles et les petits compliments récités par Wendoï avaient une saveur toute particulière.
 
 
Après, on est allé voter. Une heure après la fermeture des bureaux de vote. A l’air navré du policier municipal, on a répondu :
 

« -ah bah, on se rattrapera pour le deuxième tour ».

 
Ça l’a beaucoup fait rire. Mais c’était pas une blague.
 
Mais comme dit Pacs-que-c’est-Lui:

« Aujourd’hui, on a le droit d’être à coté de la plaque. »

 
 

Seule la superstition m’empêche, en attendant cette IRM de contrôle, d’affirmer qu’on a retrouvé le versant ensoleillé de notre existence.
 
 
Perluette va bien. Elle promène son masque à Kalinox comme un trophée et porte toujours son bracelet d’hopital (« beau! beau! »).
 
 

Elle a beaucoup pleuré quand on a retiré les électrodes de sa poitrine (« bo! bo! ») (ce « bo »-là signifiant : « laissez-moi mon déguisement de robot ») (#mafilleparle)

 
 

Ça nous a ébranlé (la preuve, je me suis coupé les cheveux depuis. (Toute seule). (Nan, mais j’ai regardé des tuto Youtube, je suis pas dingue, non plus)) . Et on va tâcher de se souvenir un peu de la chance qu’on a de vivre du bon côté des probabilités.

image

Rendez-vous sur Hellocoton !

15 comments on “Un week-end aux Urgences

  1. Entrelescailloux
    29 mai 2019 a 8 h 50 min

    Mon dieu le stress que vous avez du traversé, gros bisous à toute la famille

  2. CéciliAcidulée
    29 mai 2019 a 9 h 10 min

    Oh Dieu que ça a dû être éprouvant psychologiquement pour vous tous. Profite bien de ces moments en famille !

  3. Oh j’imagine à quel point cela a dû être rude… ce grand-huit des émotions que vous avez dû traverser…

  4. 3 enfants en 3ans
    29 mai 2019 a 9 h 38 min

    Notre cauchemar à tous. Vivement le scanner que vous soyez fixés et j’espère totalement rassurés

    • Au presque parfait
      4 juin 2019 a 8 h 51 min

      Oui! Sacrée angoisse. Heureusement ce week-end tout est revenu à la normale. On va voir si on lui impose cet irm (elle a déjà eu un scanner!)

  5. Le Rire des Anges
    29 mai 2019 a 13 h 33 min

    Merde!! Mon cœur de maman s’est emballé en te lisant.
    Je suis certaine que cette nouvelle coupe te va à ravir, peut-être même mieux que celle d’avant! Tu as coupé court?

    • Au presque parfait
      29 mai 2019 a 14 h 31 min

      Ha ha! Merci! J’ai coupé plus court que ce que je prévoyais ^^! Mais ça va, ça va!

  6. Mam'Weena
    29 mai 2019 a 18 h 48 min

    Woih le stress … par contre, je ne pensais pas que ce genre de troubles pouvait se manifester inopinément . Si tu as suivi mes aventures la première année de LutinCoquin, lui est plutôt adepte de la virose qui dégénère …

    • Au presque parfait
      4 juin 2019 a 8 h 52 min

      Carrément! Dans notre cas, aucun signe avant-coureur. avec le recul, on est maintenant rassurés, c’était bien orl…

  7. Virginie Neleditesapersonne
    2 juin 2019 a 22 h 58 min

    Pfiou quel stress, je n’ose pas imaginer. Tout va bien j’espère désormais ? Plein de réconfort à toute la famille

  8. Madame Bobette
    3 juin 2019 a 17 h 04 min

    Qu’est ce que ça a du être difficile à traverser… J’espère qu’aujourd’hui tout va mieux. Bon courage!

  9. docteurmamangue
    3 juin 2019 a 21 h 08 min

    Quelle histoire! On imagine bien les montagnes russes d’émotions et de stress.

  10. madamelavande
    3 juin 2019 a 21 h 23 min

    Je n’ose pas imaginer votre niveau de stress. J’espère que tu as eu de bonnes nouvelles depuis.

Un petit commentaire et je suis au paradis!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.