Un blanc dimanche

C’était un dimanche qui suivait un samedi où on n’avait pas fait grand’chose. On s’était dit qu’on en ferait plus dimanche, qu’on organisera un goûter, mais au lever la couche blanchâtre dont on ne savait pas vraiment si c’était de la neige ou du givre, ne présageait pas d’amélioration de la dynamique familiale. C’était le premier dimanche avec des températures vraiment hivernales, et c’était une bonne raison pour cocoonner toute la journée.

C’était un dimanche avec une matinée demi-écremée. Pas vraiment une grasse mat’ mais pas loin, puisque qu’une fois les bib chauffés et Nesquikés, une fois la télé alumée (et les enfants plantés devant), les parents sont retournés au lit en remerciant la Maison de Mickeyyyy ooooh tourniquet. (Comme la vie n’est jamais complètement parfaite, sachez que ces instants furent également les seuls que je passais dans MON lit, le loup du cauchemar de Chupenn ayant requis ma présence dans un lit de 90 cm fortement encombré par son propriétaire de 5 ans).

Ce fut donc un dimanche sans piscine et sans marché, sans légume non plus au repas, ce fut un dimanche de flemme.

Ce fut un dimanche avec quelques contrariétés et quelques sourires qui rétablissent l’équilibre.

Ce fut un dimanche pendant lequel Wendoï barbota 90 min dans un bain, visiblement ravie que son frère ne soit pas tenté de la rejoindre. Ce fut un dimanche où Chupenn ne quitta son pyjama que pour en enfiler un autre, après la douche de 19h.

Ce fut un dimanche de jeux. On a déshabillé 8 fois la poupée de Wendoï et on l’a rhabillé 8 fois. On a joué au Dooble. Ce fut le dimanches des 22 repas-dinettes. J’ai frisé l’indigestion de cuisse de poulet en plastique. On a cherché en vain le tout petit spiderman dans la chambre avant de le retrouver dans le panier des télécommandes.

C’était un dimanche juste pour les enfants. Et pourtant il y eut quelques caprices, bien-sûr… et aussi une vraie surprise quand Chupenn, mis en quarantaine dans sa chambre pour injure à salade verte, il a rangé toute sa chambre. L’explication était confuse mais le but était de faire plaisir aux parents. Ça a marché.

Ce dimanche on a aussi rangé le sapin. Wendoï était fière comme Artaban de descendre avec moi à la cave. Chupenn était un peu déçu qu’on le range déjà puisque l’hiver n’était pas fini. Et moi j’avais le vertige en pensant qu’au prochain noël, Wendoï aurait 2 ans et demi et Chupenn, 6.

Wendoï a skypé comme une grande. Elle a ramené tous les jouets du moment dans le champ de la caméra, joué sans lasser sa grand-mère à disparaître de l’écran puis à réapparaître hilare.

Demain lundi 18 janvier, on nous promettait le jour le plus déprimant de l’année 2016, le blue-monday. Heureusement, on avait fait des réserves!

blanc dimanche de Chupenn et Wendoï

 

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 comments on “Un blanc dimanche

  1. CompletementNad
    18 janvier 2016 a 13 h 26 min

    Sacrées réserves! Et franchement c’était un bon dimanche.

    • Johanna Lara
      23 janvier 2016 a 14 h 59 min

      un très bon dimanche. Bises

Un petit commentaire et je suis au paradis!