Bref, pétage de cables…

Je suis lessivée.

Là, il y a un super jeu de mots parce que justement notre lave-linge est en panne et que maintenant, on a la certitude que ce n’est pas l’électrovanne (on a les satisfactions qu’on mérite). Mais je ne vais pas déflorer maintenant cette passionnante histoire de machine à laver.

Bref, ce samedi avait pas trop mal commencé. Depuis le fond de notre lit, on entendait notre progéniture négocier le programme TV. « Allez, Mama, Keykey », ce qui signifie » Allez, Chupenn, on met Mickey ». Chupenn, il voulait mettre Spiderman. Finalement, il s’est cogné Mickey. Il est le seul des deux à savoir faire fonctionner la télécommande, MAIS il est aussi le seul des deux à savoir que si c’est pas Mickey, Wendoï va « hurlaigu », comme on dit chez nous, que si ça crie trop fort dans le salon, les parents vont se lever et que si les parents se lèvent il n’y aura plus de télé. Bref, Wendoï est promise à un grand avenir dans la diplomatie, option guerre froide.

Bref, ça commençait plutôt bien. Puis Pacs-que-c’est-Lui est parti pour la BU, histoire d’entretenir cette habitude prise chez nous de travailler aussi le week-end, et non sans promettre son retour pour 17h. Retour confirmé par texto à 17h01 et retour effectué à 20h01. Voilà voilà. #lesFaillesTemporelles.

Le matin, les enfants voulaient pas bouger. Eux, ils se seraient bien envoyé du Key-key de 8h à 12h. Voire de 8h à 20h. Il y avait la Fête du Livre. Ils voulaient pas aller à la Fête du Livre. J’ai dit qu’on allait à la Fête du Livre quand même,  parce que ça avait l’air super, surtout si on y va tôt pour voir des spectacles, et qu’après, tout le monde serait content. On n’est pas parti tôt, la Fête du Livre,c’était super nul, les spectacles étaient complets depuis bien longtemps, et les enfants n’étaient toujours pas contents. Et le « pas-content » du 11h 50, est livrée avec l’option « huraigüe »

Sur le chemin du retour, deux personnes m’ont demandé si j’avais besoin d’aide. Deux. Je crois que jamais personne ne m’a demandé dans la rue si j’avais besoin d’aide… Mais quelle tête je pouvais bien avoir pour qu’on me demande deux fois si j’avais besoin d’aide? 

Bref, j’ai acheté la paix à grand renfort de chips, histoire de bien me savonner la planche pour l’étape d’après, le repas. Repas sur lequel nous ne reviendrons pas. Nan, n’insistez pas.

Samedi, c’est aussi le jour que Wendoï a choisi pour dormir 45′. Le 45′ est une marque déposée par son frère qui n’a jamais connu dans les 30 premiers mois de son existence le délice de la 46ème minute de sommeil consécutive, mais justement, sa soeur nous gratifie habituellement de deux heures de relâche dans l’après-midi. Ha? on me chuchote à oreillette qu’elle… grandi. Oui… c’est probable. Ou alors elle avait faim, hein, la faim, c’est plus que probable.

Mais là, c’est le moment où j’ai décidé de faire une machine. Voila. Notre machine, elle marche super bien à un détail près, elle se rempli pas d’eau. C’est pas grave du tout, ça oblige juste à rester pendant 90′ à écouter le ronron, pardon leS ronrons de la machine et à foncer à travers tout l’appart pour verser des carafes d’eau quand on entend le bon ronron. Très épanouissant comme activité. Mais un peu long, 90′.

C’est pas grave, je sors LE jeu qui a tenu les enfants pendant 90′ également la semaine précédente, estampillé Montessori SVP-excusez-du-peu, le riz. De la dînette à gogo, du riz premier prix, l’injonction maternelle de Restez-sur-le-tapis, des heures de tranquillité à observer cette merveilleuse entente frère-sœur. En tout cas, la dernière fois. Là, ils ont joué 5′, ils en ont foutu partout, ils voulaient tous les deux le même pot, la même cuillère, le même grain de riz, et puis de toute façon ils voulaient jouer dans la chambre.

Et là, c’est le drame. Spiderman se casse le bras. Le Spiderman de 10cm, en plastique bleu, le premier, l’historique, le vrai, celui qui fait le salut nazi quand on lui rapproche les deux pieds (j’invente rien), il s’est cassé le bras. Plus de salut nazi, idéologiquement, on peut ne que s’en réjouir mais Chupenn, ça ne le console pas.

C’est le moment où j’ai envoyé des texto à mes deux voisines pour leur dire que ce soir, on allait boire des bières.(J’aime pas la bière). Il faut croire qu’elles avaient passé une journée moins horrible que la mienne parce que je n’ai pas eu de réponse.

Au moment où Pacs-que-C’est-Lui a franchi le seuil, je lui ai collé ses deux lardons dûment pyjamaiés, brosseàdentés, (et nourri de coquillette-jambon) pour me barrer au ciné.

J’ai vu un film top-piscine, comme dit Chupenn. Et retrouvé une tension normale.

Rassurez-moi, vous aussi vous avez des journées pourries? et les passants, ils vous proposent de l’aide dans ces cas-là?

ciné wendoï

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 comments on “Bref, pétage de cables…

  1. Audrey
    5 avril 2016 a 11 h 56 min

    Oui oui ça arrive à tout le monde… J’ai en tête un épisode où j’étais seule à nourrir mes 2 enfants qui hurlaient en même temps.

    C’était quoi le film ?
    Au passage, as tu vu le film Demain ? C’est un must du must qui emplie d’espoir et d’enthousiasme.
    http://www.demain-lefilm.com/

    A bientôt au téléphone

    • Johanna
      6 avril 2016 a 13 h 35 min

      Le film était je pense assez confidentiel (car petite salle d’Art et d’Essai), il s’appelle Brooklyn, l’histoire d’une jeune femme Irlandaise immigrée à New-York. Après un terrible mal du pays, sa vie là-bas commence à prendre forme quand elle est obligée de rentrer pour qq semaine en Irlande. Elle hésite entre ses deux vies. J’ai pleuré tout le long, je l’ai trouvé extraordinaire, mais -comme je vais jamais au ciné- j’adore tout, je suis trop bonne spectatrice! Je vais de ce pas cliquer sur ton lien!

  2. Le Rire des Anges
    5 avril 2016 a 16 h 05 min

    Ha ha!! Je rigole (pas de tes malheurs comme on en a toutes) quel plaisir de te lire!!
    En tous cas des passants ne m’ont jamais proposé leur aide!! Veinarde!! 😉

    • Johanna
      6 avril 2016 a 13 h 36 min

      Merci!
      Nan mais sans rire ça m’a inquiété plus que ça m’a fait plaisir cette histoire de passants compatissants.

  3. MumChérie
    7 avril 2016 a 11 h 20 min

    Bien joué d’avoir filé au ciné ! Oh oui je comprends, moi c’est mon sèche linge qui a rendu l’âme, Dad Chéri aussi a de nombreuses failles temporelles, et en attendant les vacances demain soir mes garçons sont fatigués, énervés… et donc m’énervent et me fatiguent de même !
    Courage !

    • Johanna
      9 avril 2016 a 15 h 31 min

      On va dire que c’est le prix des bons moments?!

Un petit commentaire et je suis au paradis!