Celle que je comprends

Ma Wendoï va avoir 4 ans.
C’est celle que je comprends.
C’est pas parce qu’elle est la plus facile. Mais c’est celle pour qui je me fais le moins de soucis. Celle que je considère, à tort ou à raison comme la plus costaud.

Je la comprends. Je comprends ses colères, ses chagrins et ses joies, alors tout me paraît simple avec elle, à défaut d’être facile.
Il y a la dedans une bonne dose de projection.

 

 

Celle qui est pratico-pratique

Quand Wendoï est venue découvrir sa sœur à la maternité, elle a demandé comment on allait faire pour tenir tous dans la voiture.
Ça, c’est Wendoï. Elle ne fait pas dans le pathos, ni dans la sensiblerie. Wendoï, elle raisonne pratico-pratique. Elle tient à distance la charge émotionnelle.

A chaque problème sa solution. S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème.

 

 

Celle qui appelle un chat un chat. Enfin, un « sa ».

Celle qui prend sur elle, sauf quand elle a une éraflure au genou. Ou qu’elle n’aime pas la soupe. Ou qu’elle est mal tournée. Parce qu’elle est ultra pénible. Ultra démonstrative. Ultra lisible.

Celle qui parle fort. Qui pleure fort. Celle qui s’offusque quand on lui a cassé (=coupé) la parole. Celle qui finit toutes ses phrases par un « ok? » autoritaire. C’est la cheffe. C’est celle qui nous casse les oreilles (et les pieds).

Celle qui a mal surtout si on la voit tomber. Celle qui m’a épargné les pleurs à la rentrée (merciii), parce que du haut de ses 3 ans, elle ne veut pas que la maîtresse la voit pleurer. C’est celle qui brique son piédestal.

Celle qui n’est pas anxieuse.
Celle qui s’endort en un claquement de doigts. Celle qui est devenue la locomotive de sommeil de son aîné, si bien qu’elle a oublié qu’elle a su un jour dormir seule.

Celle que je remets en place sans crainte de la blesser.

 

 

Celle qui grandit bizarrement (mais c’est pas grave)

Depuis toujours, Wendoï a un développement… particulier. Qui ne m’a jamais inquiétée (ou presque pas). Pas encore assise à 11 mois, elle a fait ses premiers pas à… 22 mois. Elle s’est mise à parler d’un seul coup. Elle n’a toujours pas pigé le coup de la draisienne mais ses bonhommes ont 5 doigts, des cils, des chaussures à talon et des coeurs sur leurs pulls. Son cahier de bonhomme a fait un tour en salle des maîtres, malgré les 30 ans de carrière de maîtresse. Mais elle prononce le « z » le « s » et le « j » de la même façon, et s’en fout royal,

« c’est parce que z’ai la voix un petit peu cassée ».

 

 

C’est celle qui me ressemble.

C’est ce que disent les gens. Notre ressemblance physique ne me saute pas autant aux yeux que notre lien psychique. On peut rependre beaucoup de ces points à mon crédit .
Celle du pratico-pratique.
L’expansive, l’autoritaire.
Celle qui a la motricité approximative…
C’est moi aussi.
(En revanche, je prononce magnifiquement le »j »).

 

 

Wendoï pour moi, c’est la maternité sur des rails.

Tout me paraît évident avec elle. Y compris quand je pressens qu’on va en baver, j’ai raison. Élever Wendoï, c’est expérimenter la différence entre simple et facile. Une gamine de presque 4 ans, c’est pas tous les jours facile. Mais elle fonctionne comme moi, alors c’est toujours simple.

(Heureusement que j’ai d’autres enfants sinon je serai devenue très très agaçante, comme mère omnisciente).

 

Je ne sais pas si cela viendra compenser cette place ingrate d’enfant du milieu, mais une chose est sûre, c’est toi la plus à même de relever ce défi.

Je t’aime très fort, ma Wendoï.

 

Cet article est le premier d’une série que j’aimerais écrire à propos de chacun de mes enfants. Ce qui, compte tenu de mon rythme de production actuel, me conduira aux alentours d’août 2019 à peu près… Et vous? vous me parlez de vos enfants? Y’en a un que vous comprenez totalement sans effort?

Rendez-vous sur Hellocoton !

30 comments on “Celle que je comprends

  1. MamanDe4
    3 avril 2018 a 10 h 26 min

    Très joli article. J’aimerais en connaître un sans effort ! mais je suis en permanence avec un décodeur et ça paie car j’avoue que je commence à y arriver de plus en plus.. Et là je suis heureuse, car tout devient beaucoup plus simple !
    J’adore ses bonhommes à talons hauts ! 😉

    • Johanna
      3 avril 2018 a 21 h 09 min

      0/4! Je m’en sors bien avec mon 1/3… avec mon aîné, c’est le contraire, il prend à revers toutes les anticipations. Du coup, avec elle, je trouve ça miraculeux!

  2. Claire
    3 avril 2018 a 11 h 44 min

    Oh, c’est une chouette idée d’article.
    Ma fille est plutôt comme son père que comme moi ce qui me permet de gagner un peu de temps en déchiffrage !!
    Mais sinon, j’apprends avec elle au quotidien 🙂

    • Johanna
      3 avril 2018 a 21 h 14 min

      Ha oui! Tel père telle fille, c’est chouette comme combinaison, aussi! Et je suis d’accord, tous les jours cela change (et tant mieux!)

  3. Picou
    3 avril 2018 a 11 h 45 min

    Ma grande, oui! Ultra raisonnable, au final elle s’élève presque toute seule…C’est biiiiiiiiennn!

    • Johanna
      3 avril 2018 a 21 h 20 min

      J’ai commencé par le modèle mystérieux, du coup le modèle compréhensible me paraît miraculeux! Dans l’autre sens ça ne doit pas être simple!

  4. 3 enfants en 3ans
    3 avril 2018 a 12 h 09 min

    Mes enfants sont très similaires et différents en même temps.
    Ils ne me ressemblent pas, je ne les comprends pas sur les mêmes points

    Merci pour ce bel article

    • Johanna
      3 avril 2018 a 21 h 22 min

      Merci! Je suis toujours à côté de la plaque concernant mon aîné! Ça compense. Et paradoxalement, je les trouve assez similaires tous les deux!

      • 3 enfants en 3ans
        4 avril 2018 a 10 h 19 min

        C’est peut être pour cela ?
        Un de mes frères et ma mère ont énormément de mal à se comprendre… et le fait est qu’ils se reprochent chacun à l’autre des choses qu’il fait lui même… et aucun des deux ne comprend l’autre… je fais occasionnellement l’explication de texte de l’un à l’autre.

  5. Die Franzoesin
    3 avril 2018 a 12 h 39 min

    C’est une super idée et un très bel article !

    • Johanna
      3 avril 2018 a 21 h 23 min

      Merci!

  6. Entrelescailloux
    3 avril 2018 a 13 h 21 min

    quel bel article

    • Johanna
      3 avril 2018 a 21 h 23 min

      Merci beaucoup!

  7. Louna
    3 avril 2018 a 14 h 14 min

    Superbe idée d’article ! Et que je t’envie à comprendre si bien au moins l’un de tes enfants ! Pour mon aînée, ce n’est absolument pas le cas, et pourtant, je crois qu’elle me ressemble beaucoup elle aussi…. Tu me diras, il y a peut-être quelque chose à creuser, justement ?

    • Johanna
      4 avril 2018 a 14 h 06 min

      Ah ah! C’est intéressant! Mais oui, la ressemblance ça doit pas impliquer forcément de comprendre…
      Enfin, ici, c’est celle que le comprends. Les autres…

  8. zenopia
    3 avril 2018 a 15 h 24 min

    C’est beau ton texte…
    Je n’ai que la poulette… une mini moi physiquement. Tellement déterminée, sensible, bavarde. Avec sa dyslexie qu’elle gère (presque) toute seule, sa passion pour le trapèze et pour la bouffe.

    • Johanna
      4 avril 2018 a 14 h 07 min

      Je VEUX te voir sur un trapèze!

  9. Caroline
    3 avril 2018 a 17 h 09 min

    Très joli article qui me parait d’une justesse (presque) parfaite. On sent ton regard de maman bienveillant, et j’espère que je comprendrais Mini Doudou comme toi avec Wendoï.

    Hate de lire les articles de cette série !

    • Johanna
      4 avril 2018 a 14 h 09 min

      Merci! Je te souhaite de comprendre Mini Doudou ! Ou pas, parce que ça n’empêche pas l’amour!

  10. ColombesMum
    3 avril 2018 a 19 h 31 min

    Belle idée d’article et bel article sur Wendoï! Je pense que c’est pas toujours facile d’élever son miroir (on voit bien ses propres défauts aussi!)…alors, n’ayant qu’un enfant je manque bcp de recul du coup sur mon fils car je trouve qu’il ne ressemble ni à moi ni à son papa, niveau caractère ? Il est tres affirmé, sait ce qu’il veut (il tient ça d’où ?!), par contre en effet il a notre sensibilité donc ça ça me fait souvent écho (et parfois trop!). Vraiment pas facile de cerner son petit surtout le premier et car je considère que c’est encore un etre en construction ? Si ça se trouve il est juste super différent de nous, et un deuxième nous montrera à quel point ça peut être différent ! Hâte de lire tes articles sur tes autres enfants (meme en 2019! :-D).

    • Johanna
      4 avril 2018 a 14 h 14 min

      Merci! C’est tellement gentil! C’est pas plus mal de pas projeter je crois que c’est ce que j’arrive(Enfin) à faire avec la 3ème!

  11. Mam'Weena
    3 avril 2018 a 19 h 36 min

    Superbe idée, j’ai hâte de lire les autres
    Pour l’instant, j’ai l’impression que c’est encore un peu tôt pour moi, pour me prononcer sur les garçons … ils sont un savant mélange de nous deux, parfois je les comprends et d’autres je suis à la masse …

    • Johanna
      4 avril 2018 a 14 h 15 min

      Merci! Je comprends! Je crois que le plus dur à écrire sera celui de Perluette, pas assez de recul.

  12. mamansurlefil
    4 avril 2018 a 7 h 21 min

    C’est une joli idée et tu rends magnifiquement hommage à ta fille ! Finalement, tu décris mieux que je ne l’aurais fait la relation que j’ai avec ma fille. Simple mais pas facile. Son frère est pourtant plus facile à vivre au quotidien mais je le comprends moins !
    Bref, j’adhère complétement !
    Virginie

  13. Camomille
    4 avril 2018 a 9 h 47 min

    J’adore ta conclusion. Pas tous les jours facile, mais tellement simple. J’ai exactement ce ressenti… avec mes trois ! Et pourtant, ils sont très différents les uns des autres.
    (et je suis impressionnée par ses bonhommes)
    (et rassurée que tu prononces correctement les « j » 😀 )

  14. Maman Nouille
    5 avril 2018 a 21 h 00 min

    Quel joli portrait!
    Je l’ai lu ce matin, et j’ai imaginé ma réponse. J’ai pensé te parler de mes enfants, j’ai pensé à celui que je comprenais (ou qui se faisait comprendre) et à celui qui me ressemble le plus (l’autre donc). Et j’ai pensé des jolies choses sur eux deux et sur l’amour que j’avais pour eux. Alors merci pour ça aussi 🙂 Comme d’habitude, tes articles me font du bien 🙂

    • Johanna
      6 avril 2018 a 22 h 18 min

      Commentaire élu à l’unanimité de moi- même comme le plus gentil de l’univers! Tant mieux si j’ai un peu contribué à alléger ton quotidien ( ton article sur les grèves, quelle galère pour vous)…

  15. eofdcjuf
    6 avril 2018 a 14 h 43 min

    Bonjour,

    Je découvre ton univers, et ton texte me parle beaucoup, mais plutôt parce que je fonctionne à l’inverse!
    J’ai deux petits garçons, le premier, je l’appelle mon évidence, le second, mon challenge.

    Pour mon aîné, c’est bien simple, il fait tout comme je l’attends, il a les qualités de mes défauts, j’en suis extrêmement fière (oh ça va, je me lâche un peu), et comme tu le dis, tout est simple, voire même parfois facile.

    Mon second, c’est mon double, mon crampon, mon éponge. Rien de ce que je peux ressentir ne lui échappera, rien de ce qu’il fait ou ressent ne m’est inconnu.

    Je ne dirai pas que je m’en fais pour l’un ou pour l’autre, ou si, ils sont tous les deux ultra sensibles, mais mon grand, depuis toujours, sait extérioriser rapidement (c’est impressionnant, mais court). Mon second encaisse, remonte les manches et par au combat, de tout et de tous, combat perdu d’avance, je le sais pour l’avoir mené, mais quand il s’effondre, il ne sait montrer que la colère, alors les gens pensent qu’il est fort. J’en suis infiniment fière également (je ne voudrais surtout pas qu’on pense que son caractère l’éloigne de mes sentiments, bien au contraire).

    Bref, ils sont bien différents, mais celui que j’arrive le mieux à élever (enfin ça on ne le sait pas encore hein) c’est celui qui ne me ressemble pas. Pour mon puîné, j’ai accepté le challenge, et je sais que je saurai le porter aussi haut que son frère (mon Dieu que je suis vaniteuse dans cette phrase, j’espère que mon idée est comprise).

    Je suis désolée du pavé, mais on dirait que le sujet m’intéresse 😉

    Bonne journée.

  16. Manoumi
    9 avril 2018 a 17 h 44 min

    Ce texte est si fort que je ‘ai conservé précieusement dans ma boîte email et relu plusieurs fois. Magnifique projet que de faire le portrait de chacun de tes enfants. Celui-ci commence en beauté, avec finesse et tant d’amour…

Un petit commentaire et je suis au paradis!