Comme fou panda…

Voici maintenant un mois que nous vivons Comme Fou Panda.

Je m’explique. Il y a très très longtemps, à échelle de Chupenn, c’est à dire quand il avait 3 ans nous avions in-ter-dit le dessin animé de Kung Fu Panda. Ce film le rendait littéralement dingue. Il sautait de partout, devenait complètement incontrôlable, excité comme une puce et rouge comme un coquelicot. D’ailleurs le terme « Comme Fou panda » est de lui, et c’est tout à fait éclairant.

Le priver de Kung Fu Panda (ou Comme Fou Panda, c’est comme vous voulez) a été un rude coup. Pensant nous en sortir, on avait promis que « plus tard » quand il serait « plus grand », oui oui, il pourrait regarder Kung Fu Panda – quand? – Ben on verra, dans longtemps – un peu longtemps ou pas beaucoup longtemps? – hein? Mais je sais pas moi… grand, grand, quoi ! – chez les Grands? – oui, c’est ça quand tu auras au moins 5 ans.

T’inquiète que c’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Ou d’un petit garçon ne sachant pas compter. Il a donc passé deux ans à soupirer chaque fois qu’il tombait devant la jaquette de Kung Fu Panda, et dès fin décembre 2015, nous n’avions plus guère d’illusions, nous allions passer à l’ère Full Comme Fou Panda.

Ce truc le rend toujours aussi dingue.

Voyez-vous Kung Fu Panda, c’est la wii fit sans la wii fit. Chupenn refait tous les combats en direct live, coup de pieds et sauts compris. Il fini en nage et s’assoit en soufflant comme un bœuf pour récupérer dès que les combats cessent et laissent la place à l’intrigue. Je veux dire à « l’intrigue ». Les concepteurs du dessin animé avait l’air de partager avec Chupenn un intérêt bien modéré pour la narration d’une quelconque hstoire. Je fais exception de la première scène de la saison je-sais-pas-combien où l’on voit la maman panda se faire trucider avec avoir planqué son gosse dans la neige (à coté, Bambi, c’est de la guimauve). Sinon la plupart du temps on voit des animaux improbables, genre, une vipère et une mante qui carburent aux nouilles chinoise cuites par une oie et qui bousillent un tigre. Quand tout le monde a ratatiné le grand méchant, apparaît maître Shifu, qui est un genre de mogwaï neurasthénique qui impressionne tout le monde sans qu’on sache pourquoi (mais encore une fois, là n’est pas vraiment la question).

Vous ai-je parlé des hurlements qui accompagnent les prises? Et de l’utilisation du mobilier qui fait également partie du délire?On râle, on gronde, on menace, on réclame le calme. Et on rit sous cape. On filme ce petit bout d’homme qui se déchaîne comme un beau diable.

Kung Fu Panda III sort en mars au ciné. Et Pacs-que-c’est-Lui que j’ai surpris un soir à regarder Kung Fu Panda tout seul, en a déjà les yeux qui brillent.

 

chupenn comme fou panda

 

 

 

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

One comment

Un petit commentaire et je suis au paradis!