La mAîtriSe du Voui-Voui

On me demande parfois ce qui change le plus entre un premier et un deuxième bébé… Je crois que j’ai trouvé la (ma) réponse :

la capacité à dire voui-voui…

  • Voui-voui aux conseils bien ou mal intentionnés, aux préceptes dogmatiques, aux recommandations bizarres, aux avis tranchés…
  • Voui-voui aux sages-femmes, aux médecins, aux puéricultrices, aux voisines dans l’ascenseur, à la femme de ménage, bref à tout le monde (et peut-être à vous ;o)!!…

Car maintenant, j’en suis sûre la puériculture n’est pas une science.

  • Quand la femme de ménage m’explique avec son accent russe à couper au couteau qu’il ne faut surtout pas donner de vitamines aux bébés (anecdote véridique qui date d’hier), même il y a trois ans, j’aurai pu dire voui-voui.
  • Au voisin du 5ème qui me demande si j’ai pensé aux lunettes, casquette, ombrelle et crème solaire pour faire les 50m qui me séparent du parking où j’ai garé la voiture, la primipare que j’étais il y a trois ans aurait aussi répondu voui-voui sans hésiter.

Mais quand mon aîné hurlait dans une file d’attente, et qu’un quidam me donnait son interprétation de la situation (ça, 3 ans plus tard ça n’a pas changé, il y a TOUJOURS un quidam pour commenter les pleurs d’un bébé), j’avais tendance à répondre avec verbe, sujet et complément, comme me l’a appris ma maman … Grave erreur !

  • Ça lance la conversation
  • L’interlocuteur va alors se faire une mission de vous prouver qu’il a raison.

Exemple :

– Oh, mais il a faim ce bébé !

– Non, je crois pas, il a tété il y a une heure.

(Là, c’est le début de la fin…)

-Mais vous êtes sûre que vous avez assez de lait ? Parce que, vous savez j’ai eu 122 enfants, et moi j’vous l’dit quand ils pleurent comme ça, c’est qu’ils ont faim. Et puis vous savez, les bébés ça mange tout le temps!

(nan, sans blague, vous croyez que ce gosse, je l’ai loué juste pour faire les courses ?)

Et après c’est foutu. Histoire d’étayer sa théorie, on va vous bombarder de questions, et plus elles seront saugrenues, plus elles vont feront douter…

– Il est de quand ?

-Fin décembre…

-Ah ! Capricorne… tout s’explique…

Désormais, flanquée de ma deuxième bébée (oui, bébée est un néologisme que j’affectionne pour désigner Wendoï…), je suis bien installée dans ma pratique du voui-voui. Je dirais même que je pratique le voui-voui à haut niveau …  Bref, je coupe court à avec courtoisie aux recommandations-fleuves, aux conseils saugrenus, aux observations déplacées (etc) tout en donnant raison à l’instruit que j’ai en face de moi  (technique trèèès puissante).

Il est assez couvert ce bébé ?

voui-voui

Il est un peu petit pour son âge non ?

voui-voui.

Oh, il a des coliques, ce petit…

voui-voui…

Oh, il a beaucoup de cheveux! Vous inquiétez pas (??????), il va les perdre.

Voui-voui.

Et la puissance du voui-voui ne s’arrête pas là.

Le niveau compétition du voui-voui, c’est de le pratiquer avec les professionnels.

Car le docteur doctrinal ou le spécialiste es Vérité n’est finalement pas très éloigné de la mémé rencontrée dans l’ascenseur…

Quelques principes à garder en tête :

  • Savoir que le professionnel-donneur-de-conseils-dont-on-se-passerait-bien,  parle avec tellement d’aplomb que l’on jurerai qu’il a consacré son doctorat au sujet en question. Pas du tout. En fait, il vous livre un mélange entre le vague souvenir de son expérience (de parent dans le meilleur des cas) et son interprétation des normes actuellement en vogue (ou en vogue au moment de ses études)…
  • Savoir aussi qu’il y a des grands théorèmes et il faut toujours connaître ses théorèmes par coeur sinon on va vous faire *§*$$ ! (et je sais de quoi je parle, je vis avec un prof de maths…)

Théorème n°1 : l’allaitement c’est juste formidable…

…et ça coule de source parce que c’est naturel.  Bonjour la pression. Donc : si vous rencontrez des difficultés (ou pire, si vous avez des réticences) à donner le sein, c’est qu’au fond de vous quelque chose ne tourne pas rond.

(Voui-voui).

Corollaire du théorème n°1 : Vous êtes faite pour faire le lait de votre enfant.

Donc le sein est un puits sans fond. Donc il est impossible de manquer de lait. Par conséquent, absolument inutile de compléter le bébé. D’ailleurs rester 12 heures d’affilé avec un nourrisson collé à la mamelle est un véritable plaisir pour sa mère.

(Voui-voui).

Propriété du théorème n°1 : Le lait en poudre va réduire à néant tous vos efforts.

Donner 20cl de lait maternisé au bébé va foutre en l’air votre allaitement pour toujours (comprendre pour cet enfant et tous les autres à venir).

(Voui-voui).

Application du théorème n°1 : l’allaitement à la demande, c’est le pied intégral.

Une tétée toutes les 3 heures pendant 3 mois jour et nuit, oh, ben ça pourrait même être toutes 2 heures (comprendre : si vous êtes crevée, c’est que vous êtes une mauvaise mère).

(Voui-voui).

Thèorème n°2 : le maternage.

Alors là, selon la sensibilité de l’interlocuteur que vous avez en face de vous,  il a deux possibilités :

  • Soit la limite est + l’infini : si après 24 heures de vie votre enfant s’endort au sein, c’est foutu, il va dormir dans votre lit jusqu’à sa puberté.

(Voui-voui)

  •  Soit ça tend vers 0 : si vous posez votre enfant dans une autre pièce de la maison parce que vous allez aux toilettes ou que vous voulez prendre votre douche, vous ne construisez pas le lien avec lui, et ce manque de confiance en lui va le perturber toute son existence (surtout à l’adolescence, d’ailleurs).

(Voui-voui).

Voilà. Avec ces deux théories, vous couvrez 90% du champ des questions dogmatiques. Et quand vous avez comme moi la chance d’avoir un bébé en pleine santé, certains rendez-vous médicaux deviennent très divertissants.

A la maternité, lors de la visite de sortie avec le pédiatre :

« oh, mais il faut surtout pas compléter, avec une courbe de poids comme celle-là vous pouvez en nourrir deux ! ».

(Voui-voui)

(Wendoï a été complétée avec tous les substituts imaginables pour cause d’hypoglycémie, d’où la prise de poids !)

Une puéricultrice à la mater :

« Hein encore une tétée, c’est peut-être un peu beaucoup, là, non ? »

(Voui-voui.).

(Tiens, une qui n’est pas pour l’allaitement à la demande, ça c’est collector!)

Une sage-femme :

Bon, à la maison, avec son petit poids, il faut qu’elle mange toutes les 3 heures surtout la nuit.

(Voui-voui).

(ça va pas la tête, non ? Je vais pas mettre mon réveil !).

Naturellement j’ai encore une marge de progression dans mon nouveau sport (et aussi unique sport actuellement pratiqué) du voui-voui. Si je maîtrise bien la réponse à la question fermée (voui-voui), sur la question ouverte, j’ai des scrupules à… mentir…. Mais je m’entraîne sec. Les travaux pratiques ont commencé dès que Wendoï a eu 15 jours, à la PMI.

-vous l’allaitez ?

(Hou là là, on attaque direct avec le théorème 1 !)

– Voui-voui

– Exclusivement ?

– Heu, des fois je la complète

– Hein ? Mais c’est pas du tout la peine. Il faut la laisser plus longtemps au sein.

Erreur du débutant, j’ai trébuché sur le théorème 1. LA bonne réponse était… Voui-voui.  Pourtant, ce jour-là, on avait prévu que Pacs-que-c’est-Lui donne un bib dans la nuit, histoire que je dépasse les trois heures de sommeil d’affilé.

– Vous pensez que je peux tirer mon lait ?

– Pourquoi ? Vous voulez passer la main (sous-entendu, mauvaise mère) ?

– Ben oui, c’est toutes les trois heures alors…

– Oh mais ca pourrait être toutes des deux heures ! (sous-entendu, de quoi vous plaignez vous ?)

… et donc pas de réponse à ma question. Et nouvel échec de l’application du théorème 1. (et le soir même, Pacs-que-c’est-Lui a donné un bib à 00h30, j’ai dormi 5 heures et c’était super).

J’ai été bien meilleure sur le théorème 2.

– Et dans la journée, elle dort où cette petite puce ?

(Je reconnais illico qu’il faut appliquer le théorème 2, mais en + l’infini ou au voisinage de 0 ? Je tente la deuxième option.)

– Oh, ben, la plupart du temps sur moi …

– Très bien, très très bien…

(BINGO !!)…

– …Les études ont montré que les bébés portés fabriquent plus d’anticorps.

(quelles études, les études secondaires ?).

 

Bref, avoir appris à dire voui-voui est à ma sérénité de maman ce que manger un (deuxième) Magnum White est ma ligne :  çà fait un peu culpabiliser au début, mais 1) c’est trop bon et 2) çà porte pas tant que çà à conséquence…

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 comments on “La mAîtriSe du Voui-Voui

  1. MamanPirate
    10 avril 2015 a 0 h 40 min

    Merci de m’avoir donné un fou rire, ton article est génial! 🙂
    Personnellement ma patience ne me permet pas de pratiquer le Voui voui à haut niveau du coup je me suis rabattue sur le « c’est moi sa mère et je me fou royalement de ton avis ». Bon les gens apprécient moins mais franchement ce que ça fait du bien. ^^

    • Johanna Lara
      10 avril 2015 a 20 h 45 min

      ca fait carrément du bien! je viens de lire ton article et j’ai bien rigolé aussi!

Un petit commentaire et je suis au paradis!