En attendant Greg…

Pacs-que-c’est-Lui se consacre depuis quelques jours à plein temps à un grand projet.

Comme d’autres grands projets, le dénouement est prévu pour dans 9 mois. Comme prénom, on a pensé à Greg. Comme agreg. Dans 9 mois Pacs-que-c’est-Lui pourrait, pourra, sera, agrégé de maths.

En attendant, il est un peu irascible. Il a besoin de davantage de temps, et surtout de sé-ré-ni-té….

Il n’y a pas que par la durée que cette préparation d’agreg ressemble à une grossesse. Attendre Greg, c’est un peu comme attendre Chupenn ou Wendoï… à ceci près que ce n’est pas moi qui m’y colle.

Comme moi à l’époque, il envisage le vaccin contre la grippe, parce que cette année, ce serait trop con de la chopper.

Comme moi à l’époque, il devient supersticieux. C’est incroyable le nombre de tests binaires que vous offre le quotidien. Si le feu est rouge, c’est une fille. Si la porte est ouverte, je vais réussir.

Il (n’)y consacre (que) ses journées mais, comme moi à l’époque, il y pense 24/24.

Comme moi à l’époque il râle contre tous ces examens (blancs) qui lui pourrissent ses samedis matins; Et pourtant, comme moi à l’époque, il en a besoin pour se convaincre que ça progresse bien.

Comme à l’époque, on a tous les deux conscience de l’impérieuse nécessité que toute la l’organisation familiale tourne autour de lui.

Comme moi à l’époque, il ne veut pas qu’on en parle tout le temps. Comme moi à l’époque, il voudrait pas qu’on l’oublie ne serait-ce qu’un instant.

Comme moi à l’époque, il s’écoute un peu (là, il a mal à la langue, et d’après lui, c’est musculaire).

J’ai une théorie (parmi un millier d’autres, certes) : la répartition figée des tâches dans le couple est une connerie parce qu’on finit toujours par penser que celles de l’autres sont plus douces. Par exemple, (j’annonce, la digression va être longue…) imaginons que Monsieur descende chaque soir les poubelles pendant que madame couche les enfants, la (ma) théorie veut qu’au bout d’un moment, Madame va sous-estimer le caractère désagréable d’un tête à tête avec un container dans l’humidité du soir et Monsieur va sur-estimer le caractère agréable de l’exploit qui consiste à convaincre deux gamins qu’il est l’heure de dormir. Bref, il faut que Madame descende les poubelles de temps en temps, et que Monsieur se cogne l’histoire du soir et le brossage de dent. C’est là que s’arrête la théorie, parce que dans la pratique on peut pas toujours échanger.  Suivez mon regard.

Et donc à la lumière de ces quelques jours, je le déclare :

P…. ! c’est chiant, une femme enceinte!

PS :  j’ai l’air de râler, là. Mais à chaque fois que je voulais écrire « époque », mes doigts ont tapé « équipe ». Je trouve cela plutot de bonne augure.

PPS : chéri, je maintiens, manger des sandwich tous les midis pendant 9 mois, c’est pas bon pour toi, c’est pas bon pour Greg.

Agreg de maths

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 comments on “En attendant Greg…

  1. Le Rire des Anges
    4 septembre 2015 a 5 h 16 min

    Je lui souhaite beaucoup de courage et à vous aussi, un homme enceinte, c’est bien pire qu’une femme enceinte! 😉
    Ta remarque concernant la répartition des tâches est carrément juste. Chez nous elles sont fixes, sans que nous l’ayons clairement établi… Il va peut être falloir que nous revoyons ça!

  2. MumChérie
    4 septembre 2015 a 6 h 09 min

    100% d’accord avec ta théorie !!! Bon courage à vous !

Un petit commentaire et je suis au paradis!