Est-ce que je les complimente trop?

 

Je suis ce genre de mère qui trouve ses enfants objectivement géniaux et qui leur dit 50 fois par jour. Et beaux aussi. Et je leur dit 25 fois par jour. Et malins, et tout le reste. Et la liste est longue. Malgré tout il y a une petite voix au fond de moi qui s’est toujours demandé quelle limite mettre à cette avalanche de compliments. A quel moment le compliment tue le compliment ? Es-ce qu’à trop les complimenter, je les rend incapables de supporter la critique ? Ou tout le contraire ?

Dernièrement je suis tombée sur l’article de Happynais qui relate comme le fait d’être portée aux nues par ses parents l’a perturbée. Alors j’ai réfléchi, j’ai un peu lu, et j’ai fait le point sur les compliments que j’adresse aux enfants…

 

Je les complimente jusqu’à plus soif parce que c’est… auto-réalisateur.

« Auto-réalisateur », j’adore ce concept et j’ai découvert à travers…Warren Buffet, la star des traders (on est dans les années 2000 et je suis en école de commerce.) Ce type, Warren Buffet a le pouvoir de faire baisser ou monter les actions d’une entreprise à coup sûr : tout le monde pense que tout le monde va faire comme lui. Donc peu importe qu’il ait tort ou raison,  quand il achète, tout le monde achète, et DONC le cours de l’action monte. Et inversement quand il vend. Auto-réalisateur. Une révélation.

Il n’aura échappé à personne que je ne suis pas devenue une star du trading (et que je n’ai aucun regret sur ce point), mais ce concept n’a cessé d me hanter, et il y a un domaine où ça marche c’est… les compliments !

Quand qu’on manifeste son admiration/enthousiasme/étonnement devant le succès de quelqu’un, on le rend capable de recommencer. Ça marche avec les adultes, ça marche avec les enfants. Ça marche avec moi, ça marche pour mes enfants. Il paraît qu’il y a des personnalités qui fonctionnent à l’inverse, qui ont besoin de remise en question pour avancer, personnellement, je ne suis pas de ceux qui pense que les plantes doivent souffrir pour faire des fleurs. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qu’un compliment n’influence pas positivement.

Influencer… le mot est lâché… Est-ce que je manipule mes enfants à trop les complimenter ?

Je suis à mille lieues que vouloir les manipuler. Que je cherche à les influencer, c’est certain, et l’influence, positive me paraît de toute façon être à la base de l’éducation. Mais avant tout, mes compliments sont sincères et spontanés, parfois maladroits, mais ils toujours sincères.

toujours sincères, jamais objectifs

Je suis vraiment émerveillée par l’empathie de Chupenn, et la maîtrise qu’il a de son corps dans l’espace. Je suis sincèrement impressionnée par l’intelligence de jeu de Wendoï pour les jeux de société réservé aux enfants qui ont le double de son âge. L’arrondi du visage de Chupenn me fascine et l’odeur de Wendoï me fait fondre.

Et je leur dis.

Je sais que cette adoration n’est pas objective mais elle n’en est pas moins réelle.

L’émerveillement outrancier avec lequel je regarde mes enfants m’a sauté au visage au moment-même de leur naissance. Chupenn avait 48h de vie quand, à la maternité, il m’est apparu comme évident, alors que toutes les mamans baignaient leur nourrisson dans la nurserie, qu’il était le plus beau bébé de la maternité. Je sais qu’il n’était probablement pas le plus beau, tout maigrichon qu’il était, mais je le voyais vraiment comme le plus beau. Vraiment.

Je n’en suis pas dupe. Mais il n’y a que moi au monde pour les regarder avec ses yeux-là, alors je ne vais pas m’en priver et je ne vais pas les en priver.  D’ailleurs, ils n’en sont pas dupes non plus.

Ils ne sont pas dupes, parce que je leur faire aussi partager mon coté zinzin d’eux complètement irrationnel. On en joue : je leur dis « mes bébés !!! » et tous deux s’offusquent et me répondent qu’ils ne sont plus des bébés. Alors je fais semblant de me fâcher et je leur dit :

Ecoutez moi ! même quand vous conduirez des voitures, que vous aurez un travail et des bébés dans le ventre, vous serez toujours mes bébés ! et je veux plus en entendre parler !»

Et ils lèvent les yeux au ciel. Maman est toc-toc.

 

La première pierre de l’estime de soi

Etre admiré par ses parents, c’est la première pierre de l’estime de soi, de la confiance en soi, c’est un cadeau pour la vie, même si on sait que l’objectivité est contestable.

Chupenn et Wendoï ont déjà compris, chacun à leur niveau que dans notre monde tout change, que rien n’est fixe et qu’il faut faire avec. Que les amis déménagent, que les arrières-grands-parents disparaissent un jour pour toujours, que les maîtresses ne sont leurs maîtresses que pour une année scolaire, qu’on ne retrouvera jamais la vieille voiture qu’on a vendu et qui était plus belle que la nouvelle, et qu’il ne remonteront plus jamais dans le ventre de maman. La seule chose  dont on peut leur garantir la permanence, c’est l’amour qu’on leur porte. Et comme il n’y a pas d’amour sans preuve d’amour, je les complimente à mort. Histoire qu’ils soient bien persuadés que moi au moins, je ne douterai jamais de leur valeur. La première pierre de l’estime de soi.

 

Mais j’ai réalisé qu’il fallait bien complimenter.

 

L’art de complimenter

La-dessus que j’ai évolué. J’ai réalisé qu’il y a le compliment moteur et celui qui fige. C’est la revanche de l’avoir sur l’être. Non, tu n’ »es » pas gentil. A commencer parce que tu as le droit d’être parfois méchant, et même, parce que tu en a parfois besoin. Sinon, comment être à la hauteur de cette image que ma mère a de moi ?

Tu « n’es pas », tu « as un comportement ».

N’empêche que ce tout petit exercice auquel je me livre depuis quelques jours, à savoir remplacer le verbe être par avoir, demande une bonne dose d’énergie. Ça oblige à circonstancier le compliment ; A expliquer pourquoi et comment, nous on a ressenti ça comme positif. C’est du boulot. Mais ça leur fait encore plus plaisir. Ils le comprennent mieux, il savent quoi en faire.

Même chose quand il s’agit de bannir le « c’est bien ». Ça demande un effort. Il faut exprimer pourquoi, c’est moins facile que la réplique automatique, « c’est bien » quand les chaussures sont mises à 8:30.

A la relecture, je doute un peu de l’intérêt du blabla. Un minuscule changement, un toute petite attention portée à la forme mais j’ai désormais la certitude, que, quoi que j’ai pu lire ici ou là, ma façon de faire, ma communication à moi passe par une avalanche de compliments quotidiens, circonstanciés et distanciés.

 

*

*                      *

PS : Reste le « t’ »es » trop belle », parce que « tu « as » de très beaux yeux » ne change rien à l’affaire. Ben, ça aussi, je continue. Nan, parce que, sur le blog, vous les voyez pas en entier, mais ils sont vraiment trop beaux.

 

PS 2 : J’en étais là de mes élucubrations quand je suis tombée sur l’article de Miss Texas, qui nous dit pourquoi elle aime les US à la folie. Une bouffée d’espoir à l’heure Trump et aussi une ode au positivisme des américains qui complimentent à outrance leurs rejetons.

 

Et vous ? Qu’en pensez vous? est-ce que le compliment coule en abondance sur les enfants? Ou est-ce que vous vous auto-censurez?

les compliments

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

12 comments on “Est-ce que je les complimente trop?

  1. zenopia
    3 février 2017 a 10 h 04 min

    Perso, j’utilise le compliment mais pas en permanence… en gros, je dis quand c’est bien, je félicite, je souligne les efforts mais je dis aussi quand ça ne va pas… Et en ce qui concerne le « t’es la plus belle » j’ajoute souvent un « pour moi »… (parce que c’est clair que pour moi, ce sera toujours la plus belle ^^)
    Belle journée

    • Johanna
      3 février 2017 a 21 h 19 min

      Ah oui, bien sûr quand ca va pas… On le dit aussi…tout aussi important !

  2. Alexe D.
    3 février 2017 a 10 h 04 min

    Haaaa la confiance en soi, tout un programme !!!
    On pourrait faire de ton sujet un sujet du bac de philo
    Pour ma part je parle de « parole positive », c’est un peu la méthode Coué.
    Je suis plutôt d’accord avec toi sur le fait que valoriser nos enfants leur donne confiance en eux, les arme pour la vie. Avec de la confiance en soi, on va loin, on déplace presque des montagnes !!!

    • Johanna Lara
      3 février 2017 a 21 h 22 min

      Vive la méthode Coué, ça marche !

  3. MumChérie
    3 février 2017 a 15 h 53 min

    J’en suis exactement au même point que toi ! Mais plus j’y réfléchis, plus je me dis que cette dose de self estime qu’on leur apporte est un magnifique cadeau. Ce qui n’empêche pas de souligner leurs limites, que j’essaie de leur montrer comme des points d’amélioration. Si si, je peux rester objective 😉

    • Johanna Lara
      3 février 2017 a 21 h 23 min

      Hihi, je suis pas étonnée que tu sois une maman toc toc du compliment comme moi !

  4. evidence2017
    3 février 2017 a 21 h 27 min

    Les complimenter c’est aussi donner de l’amour, c’est l’essentiel de donner …. après il faut savoir doser et équilibrer… et cela peut prendre toute une vie 🙂

    • Johanna Lara
      8 février 2017 a 9 h 18 min

      merci! au niveau dose, ici, ce n’est pas homeopathique! mais je me soigne…

  5. Le Rire des Anges
    5 février 2017 a 6 h 57 min

    Put…n mais continue!! Si tu savais ce que j’ai souffert de manquer de ce que tu donnes aujourd’hui à tes enfants! J’ai eu du mal à me construire, j’ai eu du mal à vivre, j’ai eu du mal à trouver une place dans ce monde!
    C’est ce que je m’évertue à donner à Fripouille aujourd’hui, il grandira, tes enfants aussi et sauront faire la part des choses. Ils pourront toujours mettre ce qui a été exagéré sur le dos de l’amour subjectif et inconditionnel d’une maman! En attendant ils se seront construit avec force et amour!

    • Johanna Lara
      8 février 2017 a 9 h 16 min

      merci! tout ce que j’avais besoin d’entendre!

  6. Audrey
    6 février 2017 a 9 h 21 min

    J’adore faire des compliments à mes enfants ! Ils me surprennent par leur intelligence, leurs questions auxquelles j’ai du mal à répondre, leur compassion (pas tout le temps), leur créativité (dans les bêtises aussi !). Je suis en admiration devant eux et pourrais passer des heures à les observer être simplement. Mes enfants sont des maîtres de vie pour moi même si parfois il faut leur donner un cadre, il en ont besoin.

    • Johanna Lara
      8 février 2017 a 9 h 18 min

      <3

Un petit commentaire et je suis au paradis!