Et finalement, 9 mois d’allaitement…

L’allaitement ne m’est jamais apparu comme quelque chose de facile ou d’évident. Mais nous en somme à 9 mois d’allaitement. Doucement, on est passé d’un

« Tu l’allaites? »

à tendance admirative à un

« Tu l’allaites encore? »

option regard dubitatif. Bref, je crois que pour # lesgens, on est bel et bien dans un allaitement long. Rien ne nous prédisposait à cela. Quant à mes impressions, si j’étais Woody Allen, je dirais 

« l’allaitement c’est facile. Sauf les 6 premiers mois »

 

 

Parce que c’était moi, parce que c’était toi?

Si j’avais un jour rêvé d’un allaitement long, ça aurait été pour Chupenn, mon aîné. Et ça s’est pas du tout passé comme ça. 4 mois d’un allaitement poussif. Epuisant. Du plaisir mais encore plus de questions.

L’allaitement de Wendoï, la cadette, était plus épanouissant. Mixte depuis le premier jour. 6 mois et demi dont presque 3 en bossant. J’étais contente.

Et puis j’avais appris qu’on est mère quoi qu’il en soi. Pas besoin de le prouver par son lait.

 

 

Donc cette fois encore, à la naissance de Perluette, je n’avais pas d’ambition en la matière. J’étais même catastrophée qu’elle soit arrivée avant la commande des biberons.

Tu n’étais pas non plus ma meilleure têteuse, ma Perluette.

 

J’avais pas plus confiance en moi concernant ma capacité à te nourrir. Ni moins d’ailleurs. J’avais toujours rien lu.

 

Mais cette fois, ça l’a fait. Au-delà des espérances que je n’avais pas.

 

Parce que c’était moi, parce que c’était toi?

 

Il y a bien eu des jours où j’en avais par dessus la tête de cette promiscuité physique.
Où j’ai trouvé que de porter l’intégralité de la charge de l’alimentation, c’était lourd.

 

Mais j’ai enfin connu la légèreté de l’allaitement. Plus de plaisir que de questions.

 

Et donc 9 mois d’allaitement…

 

Aujourd’hui Perluette a 9 mois. Son alimentation est variée. Le lait maternel n’est plus la seule source d’alimentation depuis décembre. Il doit même être marginal depuis quelques semaines, bien que, le principe, c’est qu’on n’en sait jamais rien, des quantités tetées.

 

Elle refuse toujours les biberons. Elle boit de l’eau à la tasse et mange des yaourts, des petits suisse chez nounou.

 

Le matin, le soir et le week-end, on se rattrape. Ah! La tétée du mercredi matin… et tes cris de joies qui m’accueillent quand je rentre le soir…

 

Depuis quelques jours, il y a peut-être un nouveau changement qui s’amorce.

 

Exit les têtées en public (ce sont #lesgens qui vont être contents ^^).

Tu as besoin de caaalme. Même Chupenn et Wendoï sont devenus indésirables dans ces moments qui ne doivent appartenir qu’à nous.

Et puis, sauf exception, plus de tétée en journée. Tu ne veux plus. Je l’ai appris d’un coup de dents. Je suis pas prête à retenter l’expérience.

-Mais quand même, si on m’avait dit que j’allaiterai un bébé pourvu de dents-

 

On t’as proposé des aliments solides à chaque repas, depuis, tu dors mieux, tu joues mieux. Le lait n’était plus suffisant pour tes matinées actives chez nounou.

 

 

Et moi ça me va bien. C’est tellement plus facile.

 

On m’avait prévenu qu’allaiter un grand bébé n’a rien à voir avec l’allaitement d’un nourrisson. C’est vrai!

 

Physiologiquement, mon corps a pris le pli. Ça ne me demande plus les efforts du début. Un peu comme une course à pied qu’on ferait toutes les semaines. C’est très dur au début, ensuite c’est la routine.

 

Bien-sûr les quantités bues par Perluette ont diminué, après avoir atteint un pic à Noël, quand les cuillerées de purée étaient symboliques. Mais quand-même, mon métabolisme s’est adapté.

 

Plus de fringales. Je mange des quantités normales. Je ne maigri plus.

 

Je garde un souvenir ému des fêtes de fin d’année avec mon métabolisme à toutes épreuve . A Noël, j’ai enchaîné les repas de fêtes en finissant mes assiettes. Et j’avais encore faim pour la bûche. Et pas question de sauter le repas du soir, même en sortant de table à 17 heures.

 

Allaiter sur le long terme, c’est le plaisir sans les contraintes

 

Finie la promiscuité physique. 2 tétées par jour, 5 au grand max, Perluette n’est plus l’huître collée à son rocher qu’elle a pu être dans les fameuses « poussées de croissance ». Ça ne me manque pas!

 

Presque plus de montée de lait intempestives.

 

et le luxe infini : dormir sans soutien-gorge!

 

C’est aussi moins de questions. Je connais Perluette depuis 9 mois maintenant… Elle « s’exprime », je comprends exactement ce qu’elle veut.

 

Il ne reste que des câlins.

 

Mon rempart contre le tunnel du soir.

 

un quart d’heure toutes les deux, dès mon retour à la maison, alors que les tâches du soir sont presque minutées jusqu’au coucher, ça permet d’envisager la soirée sous un autre angle.

 

« et tu comptes l’allaiter encore longtemps? »

 

Mardi, épuisée par la reprise, tu t’es endormie sur moi, comme quand tu étais toute petite. Je t’ai longuement contemplée. Tu es si longue! En chien de fusil, tes pieds touchent tout de même l’accoudoir! Et ta grosse tête jadis plus petite que mon sein!

Alors j’ai imaginé que c’était la dernière tétée. Je suis presque prête. Mais encore un peu. Juste pour s’arrêter doucement. Ou pas. Ou alors, on s’arrête pas? Hein, Perluette?

Rendez-vous sur Hellocoton !

20 comments on “Et finalement, 9 mois d’allaitement…

  1. Entrelescailloux
    27 avril 2018 a 8 h 06 min

    C’est le genre d’allaitement qui fait rêver.

    • Johanna
      28 avril 2018 a 22 h 25 min

      Il m’a fallu ne plus en rêver pour le vivre! Je me sens très chanceuse!

  2. Picou
    27 avril 2018 a 9 h 50 min

    J’ai allaité ma 1ère 6 mois, et la deuxième jusqu’à ces 9 mois à peu près, les derniers temps c’était exactement ça, sans contraintes, que pour le plaisir, matin et soir ou même que le soir, pour le câlin. Et puis petit à petit, plus l’envie, ni elle, ni moi, on a arrêté comme ça, mi pincement au coeur, mi « ouf! enfin ». C’était la fin, pour elle comme pour moi. C’était bien.

    • Johanna
      28 avril 2018 a 22 h 27 min

      Quelle chance! J’ai aussi connu le doute, les galères, alors ce dernier allaitement j’en profite au max!

  3. Ninon
    27 avril 2018 a 11 h 37 min

    Quel beau témoignage !
    J’ai allaité mon premier un peu plus de 6 mois, on a arrêté car c’était plus de contraintes que de plaisir, mais avec beaucoup de regrets (pour moi, lui s’en est très bien sorti !).
    J’espère qu’avec mon 2nd, ce sera « parce que c’est lui, parce que c’est moi »

    • Johanna
      29 avril 2018 a 23 h 12 min

      C’est quand même pas simple… on donne tellement plus que du lait! Je te souhaite d’avoir l’allaitement dont tu rêves!

  4. charlotteauxpetitspois
    27 avril 2018 a 12 h 35 min

    C’est un bien joli témoignage.
    Merci…
    Profite de chaque moment de cet allaitement et tant pis pour #lesgens.
    Je t’embrasse ainsi que Perluette. 🙂

    • Johanna
      29 avril 2018 a 23 h 13 min

      Merci! J’adore #lesgens, plus je vieillis, plus je les aime avec leurs remarques à la c…!

  5. Caroline
    27 avril 2018 a 12 h 53 min

    je suis admirative. je m’en sens absolument pas capable ! Bravo à toi !

    • Johanna
      29 avril 2018 a 23 h 15 min

      Franchement, c’est juste une question de bol. D’alignement des planètes?… Pour ma part: 1/3 , je m’estime très heureuse!

  6. MumChérie
    28 avril 2018 a 16 h 13 min

    C’est pour mon dernier que j’ai eu l’allaitement le plus long : 1 an. On s’est arrêtés petit à petit, en douceur, le plus naturellement du monde…

    • Johanna
      29 avril 2018 a 23 h 17 min

      C’est chouette que la plus belle histoire d’allaitement soit aussi la dernière. Je pense que quoi qu’il arrive maintenant, ce sera mon cas; et j’en suis très heureuse! (Mais peut-être n’est- ce pas ta dernière histoire d’allaitement^^?!)

      • MumChérie
        30 avril 2018 a 7 h 15 min

        si pour moi ça l’était (et tout était parfait, à l’exception de quelques regards et réflexions que j’ai préféré ignorer) ! Mais je n’en étais pas sûre pour toi

  7. mamanpavlova
    28 avril 2018 a 18 h 56 min

    Je m’étais dis 6 mois pas plus la reco mini de oms … et puis … et puis arrêter quand ça devient vraiment un plaisir c’est con … j’en suis à 23 mois et ça continue…

    • Johanna
      29 avril 2018 a 23 h 21 min

      Ah ah, moi aussi l’oms, j’y ai pensé à chaque fois! On verra jusqu’où on va, j’ai peu envie que ça dure encore des lustres mais… on verra.
      Bonne continuation à vous 2 😉

  8. 3 enfants en 3ans
    30 avril 2018 a 11 h 09 min

    C’est tellement bon de lire cet article après vos débuts cahotiques !
    Profitez bien ! pour vous et pour tout ces couples maman-enfants qui n’ont pas fonctionnés (oui, je resterai frustrée encore longtemps)

  9. Le Rire des Anges
    30 avril 2018 a 15 h 44 min

    Je suis ravie pour vous deux, se laisser vivre son allaitement c’est l’ideal! Ce que c’est cool une fois que c’est routinier!
    J’allaite toujours Petite Marmotte mais pour manger c’est la vie… Ça n’est pas ma fille pour rien!!
    Bisous

  10. Manoumi
    2 mai 2018 a 11 h 48 min

    Qu’il est joli ce billet, il fait rêver la maman non allaitante que je suis. Chaque enfant semble être une aventure différente, j’ai hâte de connaître ça !

  11. Maman BCBG
    3 mai 2018 a 10 h 23 min

    Quel très joli texte… et quelle très très jolie histoire 🙂

Un petit commentaire et je suis au paradis!