Un bébé pour août

Depuis presque quatre mois maintenant, un tout petit nous a fait son nid au creux de moi. Nous attendons notre troisième enfant pour août. Je suis sur un petit nuage

(et je suis au fond d’un abîme de fatigue que la fin du premier trimestre n’a pas comblé).

 

L’émotion de la découverte d’une grossesse est toujours aussi intense et… unique. Preuve que dès  le premier instant, une histoire inédite est déjà en train de s’écrire. Chaque + aura été assorti d’une émotion unique. Cette fois-ci ce fut presque de la … sidération!

Mon dieu, ça y est, bientôt nous serons cinq!

Nous voilà partis pour ce qui m’apparaît comme une grande aventure bien périlleuse. Nous voici partis pour dépasser la parfaite symétrie de notre famille. Pour remettre en question le « choix du roi ».

Un garçon, une fille. Deux parents, deux enfants. On va remettre en question le schéma de la famille Ricoré. Le schéma de ma propre fratrie, aussi. Le schéma parfait. Notre équilibre parfait aussi.

4mois moi1 copie

 

 

Deux parents, trois enfants. Ils seront plus nombreux que nous! Il y aura nécessairement plus de garçons ou de filles dans notre famille.

On ne se pose pas moins de questions pour un troisième enfant que pour le premier. Me concernant, on peut même dire que je m’en pose davantage. Ce ne sont pas les mêmes.

Trois enfants… trois, ne dit-on pas que c’est le nombre infernal? Comment Wendoï va-t-elle endosser le rôle d’enfant du milieu?

Avec trois enfants, il me manquera un bras pour les tenir tous par la main. Et un genou pour les faire sauter tous en même temps.

 

Mais en face de toutes ces considérations, il y avait la certitude franche et massive qu’à quatre nous n’étions pas au complet.

Alors nous serons 5. Joyeusement. Intensément.

 

Alors on est parti pour rebattre les cartes, pour faire une place à chacun, pour dormir un peu moins et pour agrandir notre cœur beaucoup plus. Pour multiplier tout par cinq.

Pour revivre toutes les émotions de la grossesse et de la naissance, avec plus de recul et autant d’émerveillement. En se disant qu’une troisième grossesse passe encore plus vite qu’une deuxième, qui elle-même passe tellement plus vite qu’une première… En se disant surtout, que celle-ci est la dernière et qu’il faut en profiter jusqu’à la lie…

 

On est parti pour accueillir un nouvel enfant. Qui sera lui, juste lui… mais qu’on ne peut pas imaginer sans la fratrie qui est déjà la sienne.

On est parti pour revivre toutes les premières fois. Forcément différentes. Forcément semblables aussi.

 

 

Pour une troisième grossesse, on connaît mieux son corps. On est considérablement moins déstabilisée par les changements, qui sont, eux toujours aussi… intenses. Sentir à nouveau bouger… Plus de sérénité, c’est sûr. Et tellement plus de fatigue aussi.

J’accepte avec le sourire de voir mon humeur fluctuer malgré moi. Les montagne russes hormonales ne m’emportent plus avec elles comme précédemment.

Mais c’est encore plus difficile le lever le pied.

4mois moi3 copie

 

Car, nous sommes quatre à attendre ce bébé.

Le quotidien ne permet pas de s’allonger dès que je le voudrais. Ni à me regarder pousser le nombril, ni à comptabiliser tous mes états d’âmes (et c’est pas forcément plus mal). Il y a des horaires, les contraintes, le quotidien à gérer mais il y a surtout les émotions de chacun à accueillir.

Nous sommes quatre à vivre ce changement qui s’annonce. Quatre à se poser des questions, à cheminer avec cette idée qui se précise.

 

Pacs-que-c’est-Lui est fatigué lui aussi. Il trouve ces élèves particulièrement plus nuls que l’an dernier; ce qui est un signe de ras-le-bol qui ne trompe dans chez les profs. Il est plus pressé que moi que je sois arrêtée. Il est plus inquiet que moi que je sois fatiguée. Et il mange beaucoup, beaucoup de mousse au chocolat. Mais le schéma à trois enfants le questionne moins que moi. C’est le schéma familial depuis plusieurs générations. Enfin, à condition que ce soit une fille ^^.

 

Chupenn est intensément, totalement, éperdument content. Lui qui, à moins de 3 ans avait deviné qu’il y avait un bébé dans le ventre de Maman, n’a cette fois rien vu venir. Mais sa joie n’en fut que plus éclatante. Il parlerait du bébé 24/24. Il cherche des prénoms. Il est assez fixé sur Joël ou Léopold – parce que c’est un garçon, il en est sûr. Mais il est aussi plus sensible et il fond en larmes à la moindre contrariété. Bref, on croirait moi enceinte de mon premier. On a même dû lui demander de ne pas en parler au repas du soir, pour ne pas faire flipper sa soeur…

 

…Parce que pour Wendoï, c’est plus compliqué. On a d’abord cru qu’elle n’avait pas vraiment compris. Puis, on s’est rendu compte qu’elle avait tout pigé, mais que cette arrivée n’était pas vraiment une bonne nouvelle. Et pourtant, cette période a coïncidé avec d’immense progrès dans beaucoup de domaines. On y voyait le signe encourageant qu’elle ne s’accrochait pas plus que ça à son rôle de bébé.

 

Les vacances au ski ont vraiment été un tournant. Wendoï et moi, avons passé beaucoup, beaucoup de temps ensemble, toutes les deux. Dans un rythme très slow, comme cela n’arrive jamais dans la vraie vie. J’imagine que ça l’a rassurée. Ou que ça a compensé du temps qu’à cause de la fatigue, je n’avais pas passé avec elle. Toujours est-il qu’elle parle du bébé depuis la fin de la semaine au ski et qu’elle repère la moindre poussette à un kilomètre à la ronde.

 

4mois moi4copie

 

Alors voilà. Nous serons cinq.

Bientôt nous serons cinq. Joyeusement et intensément.

 

 

Toutes mes excuses aux proches qui apprendront la bonne nouvelle par ce post. Il n’y a rien eu de rationnel dans nos annonces. Je l’ai dit à mon chef avant de le dire à mon frère. Rien de rationnel, rien d’organisé, c’est un peu notre marque de fabrique, hein?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

33 comments on “Un bébé pour août

  1. mamanlouna
    13 mars 2017 a 9 h 46 min

    Quelle joie de lire cette belle annonce en ce début de semaine ! Félicitations à vous, et j’ai hâte de lire comment tu vis cette troisième grossesse, moi qui suis si déstabilisée par ma deuxième ! 😉

    • Johanna
      14 mars 2017 a 8 h 41 min

      Merci ! Tu avais des raisons objectives d’être déstabilisée ! … Je me suis posé aucune question pour mon 1er ( et ça a été tres dur ! ) et là je m’en pose encore plus que pour la 2ème ! Ce qui ne m’empêche pas d’être tres heureuse !

  2. Picou
    13 mars 2017 a 10 h 16 min

    Félicitations pour cette belle nouvelle! l’envie du 3ème pointe son nez ici aussi, mais que de questions! je trouve que la décision est bien plus difficile à prendre que pour un 2ème…mais après, peut être devrais-je envoyer valser toutes ces questions? A suivre, mais je suis ravie pour vous!

    • <