Je voudrais que tu sois comme eux…

Tu sais, Numéro3, les deux petites voix aigues que tu entends souvent à travers mon ventre, c’est ton frère Chupenn et ta sœur Wendoï. Les coups de menton affectueux, c’est plutôt ta sœur, les câlins tout doux, plutôt ton frère…
En fait, quand je me projette sur ce que tu seras, je voudrais… que tu sois comme eux.

 

Ça ne fait pas très envie, peut-être, dit comme ça, un peu comme si j’étais pas vraiment disposée à te laisser couler ton propre moule… mais tes deux aînés ils sont en bonne santé et ils sont joyeux. Ils sont un duo, ils forment l’harmonie de notre famille. Alors, je voudrais que tu sois comme eux…

 

Joie et santé

 

L’important c’est la santé, qu’on se dit au 1er de l’an.

Plus les grossesses passent, et plus je mesure notre chance d’avoir des enfants en pleine santé. Je n’avais pas cette sensibilité quand j’attendais Chupenn. Les examens étaient des statistiques, les résultats étaient bons, et je passais à autre chose.

 

Mais, pour avoir été parfois déstabilisée par des toutes petites difficultés qu’ils ont rencontrées, pour n’avoir pas compris les sources de quelques blocages et pour n’avoir pas toujours pu les aider en tout, je mesure aujourd’hui combien le fardeau des parents d’enfants en difficulté « objective » doit être lourd.
Je devine comme on souffre, en tant que parent, de voir son enfant peiner en chemin.

 

Numéro3 d’abord je te veux en pleine santé. En pleine santé physique et mentale.

 

Je veux que tu sois heureuse

Je veux des enfants heureux. Je ne sais pas si les deux premiers le seront toute leur vie, mais ce que je sais c’est que tous les deux, sont des enfants joyeux.

 

Je préfère la joie au bonheur depuis que j’ai lu quelque part que la joie est le chemin de tous les jours, là où le bonheur est plutôt une destination lointaine. On ne peut pas décider d’être heureux, mais on peut décider d’être joyeux. On peut décider d’être joyeux un peu tous les jours, à défaut d’être heureux tout le temps. Ça me paraît beaucoup plus sage, d’avoir la main sur un critère aussi important de l’existence.


C’est peut-être même le tout premier des critères. Je crois que je pourrais m’accommoder de beaucoup de choses, si j’ai la certitude que mes enfants sont heureux.

 

Je ne suis pas spécialement angoissée par ces questions, mais j’y pense. Concevoir un enfant, c’est faire retourner une fois de plus la grande roue du hasard et je croise les doigts pour qu’on soit encore chanceux cette fois.

 

Numéro3, je voudrais que tu sois joyeuse et pleine de santé, comme eux.

 

Et puis, il y a la question de la fratrie.

 

Comment vas-tu t’insérer dans ce duo qui marche si bien ?
Les trios ont parfois mauvaise réputation. Tout seul, on est un point. A deux, on définit un plan. A trois, on se lance dans l’espace en 3D. Est-ce que cela va tenir en équilibre ? Je voudrais que tu sois comme eux, pour que le centre de gravité de votre fratrie soit le plus stable possible.

 

Chupenn et Wendoï font la paire. Ils s’entendent bien, ils se comprennent, ils se soutiennent. Leur complicité, je pense qu’elle est liée une ressemblance, une proximité plus que par une complémentarité. J’ai des enfants… camaïeu. Il y a une différence de degrés entre eux plus qu’une différence de nature.

 

Mes enfants sont camaïeu, deux variations d’une même couleur.

 

Physiquement, ils se ressemblent de plus en plus, leurs courbes de croissance se superposent strictement mais ce n’est pas sur ce plan-là qu’ils se ressemblent le plus.

Je n’ai pas été déstabilisée par Wendoï comme certaines mamans qui se trouvent dépourvues devant le deuxième bébé complètement différent du premier. Wendoï a marché dans les pas de son frère, ou juste à côté, pas à contre-courant. Deux variations sur un même thème.

J’en fais pourtant des caisses, ici, sur les différences entre les deux. Wendoï est plus gourmande, Chupenn est plus adroit, Wendoï moins sensible aux compliments, Chupenn moins bon dormeur… Les différences sautent aux yeux plus facilement que les ressemblances. Mais quand on fréquente un peu assidûment d’autres enfants, je trouve que Chupenn et Wendoï ont beaucoup en commun.

Des enfants plus physiques que réfléchis. Imaginatifs, sociables ; compétiteurs. Dominateurs, ascendant autoritaires.

Si tu es aussi contemplative qu’ils sont physiques, aussi docile qu’ils sont leader, quelle sera ta place ? Tu seras juste parfaite bien-sûr, mais quelle gueule aura l’ensemble ?

 

*      *

*

 

Finalement pour un troisième enfant, on se pose pas moins de questions. Elles sont justes différentes, moins orientées « pratique » sauf à considérer qu’à cinq, ça commence à faire un sacré puzzle à assembler.

C’est certainement un manque d’imagination de ma part, mais je voudrais que tu sois comme eux, pour que le camaïeu s’enrichisse d’une nouvelle nuance, en harmonie avec les deux autres.

Je voudrais que tu sois comme eux, parce que j’ai peur de rebattre les cartes, et je sais pourtant que c’est incontournable.

 

Je sais que ton arrivée va redéfinir la place de chacun, qu’il faudra un peu lutter pour s’accommoder de la nouvelle combinaison. Parce que personne, ni grand, ni petit n’aime d’emblée le changement. C’est humain, dans le changement on voit d’abord ce qu’on perd avant de percevoir ce que l’on gagne.

 

Je vais un peu lâcher prise, et vous faire confiance à tous les trois.

Alors plutôt que de dire « je voudrais que tu leur ressemble », je vais dire, « Je voudrais que vous formiez un beau trio ».

 *        *

*

J’hésite un peu à publier ce post pour son coté « la praline ». Voilà, j’ai attendu ce congé mat pour investir la grossesse, et ben, on y est : je me regarde le nombril à plein temps.

 

Cela dit, la prochaine fois, changement de ton, figurez-vous qu’Instagram est plein de surprise, et je suis tombée dans un véritable guet-apens : la semaine prochaine, je vais vous proposer le premier concours sur le blog, sur l’insistance, je balance, pardon, je « poucave », comme on dit au CP, de Valérie du rire des Anges et de Maman Nouille.

Rendez-vous sur Hellocoton !

16 comments on “Je voudrais que tu sois comme eux…

  1. Picou
    16 juin 2017 a 10 h 45 min

    Très joli…Je crois que j’aurais exactement le même raisonnement si je mettais en route un petit troisième…J’aurais peur qu’il vienne perturber l’harmonie de mes 2 minettes, qui comme chez toi, ont leur différences, mais au fond le même moule. La santé, bien entendu, et puis la joie, parce que ça aide tellement au quotidien!

    • Johanna
      16 juin 2017 a 12 h 51 min

      Merci ! Vient le jour où l’envie du 3ème est plus forte que les questionnements ! J’ai hâte de savoir comment elle sera cette petite 3ème, autant peur qu’envie !

  2. MumChérie
    16 juin 2017 a 11 h 22 min

    Jolie déclaration ! Quelle belle famille vous allez former !

    • Johanna
      16 juin 2017 a 12 h 55 min

      Merci ! Bises à ta jolie tribu !

  3. mamansurlefil
    16 juin 2017 a 14 h 45 min

    Belle déclaration et beau texte !! Ici, je fais partie de ces « malchanceuses » avec 2 enfants à l’opposé l’un de l’autre. Mais si tout réapprendre avec mon 2ème n’a pas tous les jours été simple, si parfois, leur 2 caractères entre en conflit, la plupart du temps, ils équilibrent la balance… L’un apaise l’angoissée, l’autre pose un peu l’hyper actif, l’une lui apprend à dessiner, l’autre lui apprend à imaginer… Bref, des enfants très différents, c’est aussi beaucoup plus d’échanges et de compromis…

    Belle dernière ligne droite !

    Virginie

  4. Maman Nouille
    16 juin 2017 a 16 h 12 min

    Moi j’ai trouvé ton article très beau, très doux, je me suis demandé comment vont grandir mes fils, si petits encore. J’ai toujours pensé qu’au fond la complicité entre frères et soeurs n’était pas obligatoire, que ça ne serait pas si grave si jamais il ne l’étais pas et puis aujourd’hui, je me prends à souhaiter très fort qu’ils s’aiment aussi fort qu’on les aime…
    …mais alors la chute! Je suis morte de rire! Je vais aller faire des pompes pour m’entrainer pour ce concours, ou réviser la culture G ou chopper des followers! En tout cas je suis vraiment contente qu’on t’ait pousser à faire un truc comme ça!

  5. Madame Bobette
    19 juin 2017 a 12 h 12 min

    C’est un très bel article et j’ai beaucoup aimé les références à la joie et au bonheur.
    J’espère que tu auras ton beau trio là où moi je rêve encore à un beau duo à moyens termes 🙂

    • Johanna
      19 juin 2017 a 12 h 14 min

      Merci ! Alors petite ou grande formation, souhaitons nous l’harmonie !

  6. Claire
    19 juin 2017 a 16 h 31 min

    Oh, il est très sympa cet article. Je suis sûr que tes enfants formerons un beau trio 🙂
    Et je suis dans les starting bloc pour le concours de la semaine prochaine que je compte bien gagner 😉

  7. Le Rire des Anges
    20 juin 2017 a 6 h 02 min

    Il est très chouette cet article et pas trop guimauve je trouve, plein de sincérité s’en dégage! Je suis certaine que numéro3 s’intégrera parfaitement votre famille, à sa manière mais en harmonie!
    Pour le concours, je viens de voir ça!! Il déchire ton concours!! 😉

    • Johanna
      20 juin 2017 a 9 h 32 min

      Merci ! Et vous la vie à 5 ? Ça prend forme ?

  8. Maman BCBG
    20 juin 2017 a 10 h 42 min

    Vive le nombril des femmes enceintes !!!
    Tes enfants ont l’air de former un joli duo 🙂 Et camaïeu ou contrasté, je suis sûre qu’après une nécessaire période d’adaptation, le trio sera tout aussi beau 😀

    • Johanna
      20 juin 2017 a 12 h 19 min

      Je l’espère aussi ! Ah le 3ème trimestre et ses angoisses !

  9. lesdelicesdeframboise
    21 juin 2017 a 6 h 24 min

    C’est vraiment un joli article, rempli de douceur et d’amour.
    Je pense (enfin je crois car je n’ai qu’un enfant pour le moment) que ton cheminement est ton questionnement est tout à fait normal mais je suis pure que vous réussirez à créer un nouvel équilibre à 5.
    Je t’embrasse

Un petit commentaire et je suis au paradis!