La noire de Figuerolles

Je suis venue (nous sommes venus) à bout de la Noire de Figuerolles.

Puisque les zigomatiques sont à peu près les seuls muscles de mon corps à n’avoir pas mal, j’en profite, et vous le répète, la noire de Figuerolles, c’est fait. D’accord, vous ne connaissez pas la noire de Figuerolles. Et donc cela vous fait une belle jambe. (Tiens, quand j’y pense, ma jambe à moi est indemne de toute courbature – je vous jure, vu l’état du reste, c’est renversant comme constat).

Revenons à nos moutons, nous parlons accrobranche. Le parcours noir c’est le parcours ultime, celui qui a été conçu principalement pour divertir le personnel de l’accrobranche. La bleue, la rouge, toussa toussa, (faites un effort, c’est comme au judo) c’est de l’accrobranche. La noire, c’est souvent du déssacrobranche, puisque le personnel sus-mentionné vient régulièrement cueillir le touriste en perdition pour le ramener sur le plancher des vaches.

L’histoire débute en août 2014. Moi, mes kilos de grossesse, et mon unique abdo avions abondamment sué sur la rouge en agréable compagnie. L’accrobranche de Figuerolles, bien que moins connu que le marathon de NY (soyons francs) est en passe de devenir un incontournable des vacances d’été entre cousins : pour la rouge nous étions donc cinq. Mais la noire, seuls Pacs-que-c’est-Lui et Tata AL (dont le hobby préféré consiste à arpenter le désert de Djibouti de nuit en mangeant exclusivement de la chèvre crue) l’ont tenté. Roxcia, Gui et moi sommes restés en bas en poooussant des exclamations de groupies. On a aussi bavassé avec le chef de l’accrobranche. Le petit rictus carnassier qu’il avait en nous détaillant les embûches du parcours a grandement aidé à faire de la noire de Figuerolle un mythe (familial mais un mythe quand-même).

AL et Pacs-que-c’est-Lui ont fini le parcours. Je vous passe le débat relatif au « survol » de 2 ou 3 ateliers retords suspendus dans le baudrier. Ils n’ont pas eu la victoire modeste. On en a pris plein des esgourdes. Pendant un an. D’autant qu’emportées par l’enthousiasme de leur victoire, nous jurâmes Roxcia et moi que l’année prochaine, nous aurions nous aussi la peau du parcours noir…

Et donc, de mythe familial, la noire de Figuerolles est devenue mon credo de remise en forme post-grossesse et Roxcia, auteur du  #lanoireonauratapeau sur Facedebouc, mon coach perso.

C’est comme cela que 12 mois plus tard et quelques kilos de grossesse en moins, j’avais RV avec l’accrobranche de Figuerolles,

Nous étions cinq pour la rouge. On aurait dû être 6, Roxcia, a déclaré forfait (mais sinon QUI aurait fait cette photo de la mort qui tue). Fé l’a remplacée, elle aussi prise au piège par un stupide serment et désormais détentrice du plus bel hématome qu’il m’ait été donné de voir.

On s’est lancé à trois dans le parcours noir Gui, Pacs-que-c’est-Lui et moi. On avait nos groupies (merci les filles!). On avait aussi les babysitters (merci Mimi, merci Papé). On a fini le parcours. Alors oui, j’ai (on a) « évité » les deux ateliers les plus retords, mais j’ai même pas hésité quand il a fallu se jeter dans le vide avec un tout petit brin de corde à tenir à bout de bras (mon morceau de bravoure à moi). Je ne peux vous en dire plus, ce-qui-se-passe-sur-la-noire-reste-sur-la-noire.  (franchement, cette dernière descente à la force des bras en se tenant à un guidon de BMX, si ce n’est pas du sadisme…).

Merci à nos supportrices, merci à nos babysitters, merci à mes camarades de noire et merci à mon corps qui m’a offert deux bébés et la peau de la noire de Figuerolles.

Quelqu’un a vu le Dolidrane 1000?johanna a l accro de figuerolle

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

One comment

  1. Roxcia
    2 août 2015 a 23 h 07 min

    J’ai trouvé que du Doliprane 300 en supo.

Un petit commentaire et je suis au paradis!