L’attente et…

Billet rédigé mercredi.

(pour cause de livebox ko, je rencontre des problèmes de publication…)

Aujourd’hui est le premier jour d’attente.

Cette attente ressemble à toutes les attentes de ce genre. On espère qu’on n’aura pas de regrets, on se demande si on a vraiment tout fait pour. Que tant qu’à rater, autant le savoir tout de suite. Ou plutôt non, autant le savoir le plus tard possible, comme ça pendant ce temps, on peut faire semblant de. On rejoue la scène. On refait les calculs. On fait des hypothèses et des paris débiles. On lance quinze fois de suite une pièce de monnaie, en comptabilisant le nombre de « pile » et le nombre de « face ». On se dit que ce n’est pas grave, qu’on recommencera. Et puis on se dit que non, on n’aura pas la force, on arrêtera là. On se dit que c’est cette fois ou pas. Ca ressemble à toutes les attentes, aux fois où on espère être enceinte, aux fois où l’on espère avoir décroché un job.

 

Cette fois-ci, on attend les résultats de l’agreg.

Cette agreg qui serait que du plus, qui ne nous enlèvera rien, mais qui a marqué notre année 2016 de week-end raccourcis, de vacances solo. Ce n’est pas mon agreg, c’est celle que Pacs-que-c’est-Lui. Mais c’est la nôtre, en fait ; C’est aussi celle de Chupenn, qui s’est tapé ½ heure par jour de périscolaire de plus que les autres années, c’est celle de Wendoï, que l’on n’a pas inscrite aux bébé-nageurs pour cause de travail paternel le samedi. C’est la mienne qui ait découvert les délices du casse-tête des gardes d’enfants pendant les vacances scolaires, et le poids réel du quotidien quand il ne repose que sur une seule paire d’épaules.

 

Aujourd’hui est le premier jour d’attente. L’oral, c’était hier et avant-hier. Une épreuve réussie ou presque, l’autre en demi-teinte ou ratée. Même scénario qu’à l’écrit. Il n’y a plus rien à faire qu’attendre.

 

Aujourd’hui est le premier jour d’attente et je ne travaille pas. Ça, c’est presque normal, on est mercredi. Mais c’est un mercredi sans enfants, ils sont en vacances au soleil où Pacs-que-c ‘est-Lui  les a rejoint directement en sortant de son épreuve.  Aujourd’hui  est le premier mercredi chômé sans enfants, que je m’octroie depuis le début de mon temps partiel. J’ai roupillé, j’ai traîné dans la salle de bains, j’ai fait du shopping, j’ai flâné dans les rues de Lyon, je suis allée chez le coiffeur. Mais cette journée est malgré tout lourde de l’attente qui commence.

 

Pour Pacs-que-c ‘est-Lui, ce doit être pire, bien-sûr. Mais, le hasard a voulu que l’on vive cette attente à 300km de distance.

Bref, on attend.

 

image

Suite rédigée jeudi. (problèmes de live box bis)

Il l’a.

J’ai dû être la dernière de la terre à le savoir, parce qu’il a arrosé tout le monde de ses texto alors que j’étais coincé en réunion, téléphone éteint (très sérieuse, je suis).

Il l’a. Il n’y a rien à rajouter.
Si, il l’a avec un classement de fou. Dans les 10 premiers.

Sa joie.

La mienne !!!!!

Avoir un max de détails. Comment il l’a appris. Il savait que les résultats tomberaient aujourd’hui, avec 4 jours d’avance, ce cachotier. Il a regardé à 2h du mat. Puis à 3. Puis à 4, puis à 6 (des fois qu’ au ministère, ils travaillent la nuit…). Puis à 7. Puis toutes les demi-heures. Parfois tous les quarts d’heures. Les résultats sont tombés à 16h45. L’attente a été longue.

Il était où ? Et les enfants, tu leur as dit quoi ? Chupenn du haut de ses 5 ans a tout compris. Maintenant, il veut faire un « anniversaire » pour Papa. Et Wendoï a tout compris aussi. Elle a fait 3 tonnes de câlins à son père, elle qui n’est pas très démonstrative.

Il m’a lu (une partie) des texto reçus en réponse. C’est trop bien, cet afflux de gentils texto, on dirait qu’on annonce la naissance du 3ème

 La palme, quand même, pour la nounou :

« 

Félicitation c’est super. Penser aux couches pour lundi ».

Moi aussi, j’ai passé une partie de la soirée à envoyer des texto, et des réponses aux texto, des merciiiii avec plein de iiiiiii. (Heureusement que j’ai encore mes collègues et quelques copines dont il n’a pas les numéros, parce qu’il a ratissé large avec ses SMS).

 

Et ce petit détail qu’il ne m’avait pas raconté et qui le représente bien, je trouve.

Il n’était certainement pas le seul candidat, stressé par son oral, à avoir oublié ses brouillons en salle de préparation…  mais il était certainement le seul à avoir assez de toupet pour aborder le président du jury dans le couloir (qu’il a reconnu parce qu’il l’a googlisé) et pour lui demander d’aller lui chercher ses brouillons oubliés en salle de préparation…

Enfin voilà, avec beaucoup de travail, un peu de chance, pas mal de soutien familial et juste ce qu’il faut d’assurance et de toupet, on a l’agreg. Enfin pas moi. Enfin presque. On va pas chipoter un jour comme aujourd’hui.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • 5

    Overall Score

  • Vote des lecteurs1 Votes

Vous aimerez peut-être

2 comments on “L’attente et…

  1. Le Rire des Anges
    2 mai 2016 a 10 h 33 min

    Félicitations pour votre agreg!!

    • Johanna Lara
      6 mai 2016 a 22 h 39 min

      houhouhouuuuuu! merci!

Un petit commentaire et je suis au paradis!