Le dernier bébé

Perluette est mon dernier bébé, je le sais, je le sens. Autour de nous aussi, la quarantaine approchant, il y a de plus en plus de cette espèce bizarre de bébés, les petits derniers… 



Ces petits derniers, dont les premières fois sont aussi les dernières de leurs parents, on les élève un peu différemment.

 



Avec les petits derniers, le temps passe encore plus vite, (parce qu’ ?) on sait qu’il ne reviendra plus. Que les habits taille naissance ne sècheront sur ce fil à linge-là. 



Ça rend les moments compliqués moins angoissants. Les nuits blanches moins sombres. On se dit qu’on en bave mais qu’on en bave pour la dernière fois



Ca rends les beaux moments plus fugaces encore. Plus intenses encore. Plus précieux. 



On comprendrait presque #lesgens quand, malgré nos yeux de pandas, ils nous disent « rhoo profitez ».

 



Les petits derniers, sur le papier, on a moins de temps pour eux. Ils ne sont pas seuls, les petits derniers. Ils viennent compléter la fratrie. Il faut (se) partager. 



Mais les petits derniers, on sait être 100% là pour eux. Cette fois, on a compris qu’un échange de regards, c’est plus précieux que d’être à jour des lessives.  



Les petits derniers, ils sont un peu plus portés, ou un peu plus allaités, ou un peu plus gâtés ou un peu moins grondés. On atteint le niveau compet’ du voui-voui-cause-toujours-les-gens. Avec les petits derniers, on fait comme on l’entend. Pleinement. Ostensiblement.
 




Les petits derniers ont le faire-part tardif mais 200 fois plus de photos mentales de la part de leurs parents. On les regarde vraiment, nos petits derniers, depuis qu’on a plus besoin du regard des autres pour se sentir parents.
 




Les premières fois des aînés, c’était nos victoires de parents. La preuve qu’on avait été suffisamment bons pour passer au niveau suivant. 



Les premières fois des petits derniers, sont nos dernières premières fois de parents.

 Autant de petits deuils joyeux.

 




Avec nos aînés, on voulait savoir la suite. On avait hâte de tout. Avec nos petits derniers, on rêverait d’arrêter le temps.
 



Avec nos aînés, on pensait être cool. On l’était pas vraiment, il y avait tant à apprendre.
Avec nos derniers, on est trop cool. On s’en tape parce que c’est maintenant ou jamais.
 




Nous aînés nous ont bousculé dans nos certitudes.
Nos petits derniers vont peut-être un peu batailler pour qu’on les laisse pousser.
 



Les petits derniers profitent de toute notre expérience. La même que celle qui nous met des rides au coin des yeux.

 




C’est un privilège immense de serrer son dernier bébé. Je veux dire de savoir qu’on câline son dernier bébé. De refermer page après page le grand livre de la maternité. De faire tous ces petits deuils en conscience. En souriant, en soupirant, voire en écrasant une larme de nostalgie, de temps en temps.

C’est le signe que la vie nous a gâtés.  




J’aurais détesté regarder une grande gigue de 15 ans en réalisant un peu tard que c’était mon denier bébé.
 




Perluette est mon dernier bébé. je le sais, je le sens. Avec une pointe de regret. Et une touche de soulagement. Une immense gratitude quand je les vois tous les trois, là, comme je l’avais rêvé ou comme j’aurais pu le rêver…




Avec Perluette j’écris mon épilogue de jeune maman. Comme je le sais, mon credo de chaque jour est : « fais en sorte de n’avoir aucun regret ».

Alors, c’est sûr, je l’élève un peu différemment.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • 0

    Overall Score

  • Vote des lecteurs0 Votes

Vous aimerez peut-être

50 comments on “Le dernier bébé

  1. Maman-Tout-Terrain
    2 novembre 2017 a 9 h 17 min

    C’est un texte magnifique qui me met la larme a l’oeil, bien sur, un peu… Parce que je m’y retrouve forcement aussi. Parce que je partage ces sentiments, ce tiraillement, sans vouloir me l’avouer. Et parce que j’en suis tellement fiere, de mes petits, de mes grands, de mes petits-grands et de mes grands-petits 🙂
    Un calin, tiens 🙂

    • Johanna
      3 novembre 2017 a 12 h 35 min

      Je prends le câlin! Merci… pareil… le résultat me paraît tellement miraculeux, je voudrais pour rien au monde refaire le chemin à l’envers. Ça n’empêche pass une certaine nostalgie!
      Câlin aussi!

  2. Quatre enfants
    2 novembre 2017 a 9 h 20 min

    Sublime billet … j’ai un peu les yeux qui piquent, parce que je sais exactement de quoi tu parles. Et depuis quelques temps, je me surprends à lâcher des « rhooo profite » à chaque nouvelle maman croisée. C’est que la page a bel et bien été tournée.

    • Johanna
      3 novembre 2017 a 12 h 40 min

      Merci pour ce compliment. Et félicitations pour avoir tourné la page si vite. Je me souviens de ton billet sur l’adieu à la maternité qui n’est pas si vieux. Et puis il nous reste tellement de glissades dans la pisse fraîche à apprécier que franchement, on peut pas se plaindre.

  3. Maman BCBG
    2 novembre 2017 a 9 h 34 min

    … tellement joli ton texte… je suis toute émue…
    … et ça me fait tellement peur car là, maintenant, je réalise que je ne suis peut-être pas prête à vivre tous ces jolis petits deuils…
    Et pourtant, pas prête non plus à remettre ça !! (oulalalla non, pas du tout du tout )

    Bref, il faudra que je le relise d’ici quelques mois/années pour me positionner 🙂

    • Johanna
      3 novembre 2017 a 12 h 42 min

      Mais bébé Gluon est toute petite et maman BCBG toute jeune! Et puis l’autre façon de faire et certainement de se réveiller un jour en se disant que, c’est fait, tous ces petits deuils!

  4. Entrelescailloux
    2 novembre 2017 a 10 h 12 min

    Quel joli texte

    • Johanna
      3 novembre 2017 a 12 h 43 min

      Merci!

  5. Julie Olk
    2 novembre 2017 a 10 h 18 min

    Ton texte est très émouvant et me rassure pour ma part car même si pour le moment je n’ai que Charlie dans ma vie et que je sais qu’il y aura une autre fois… J’appréhende, j’appréhende malgré tout déjà ces dernières fois. Je trouve ton texte rassurant parce qu’il sublime ces dernières fois.

    • Johanna
      3 novembre 2017 a 12 h 47 min

      Tant mieux si mon texte est rassurant plus que flippant. Le dernier bébé c’est aussi un accomplissement. Quand je vois mes 3 miracles, pour rien au monde je voudrais faire le chemin à l’envers.

  6. Bébé est Arrivé !
    2 novembre 2017 a 10 h 40 min

    Très bel article plein de douceur

    • Johanna
      3 novembre 2017 a 12 h 47 min

      Merci… Et… profite

  7. Picou
    2 novembre 2017 a 11 h 16 min

    Très joli texte, qui me serre quand même un peu le coeur…Je ne sais pas si j’aurais un 3ème enfant, je suis très partagée et surtout mon mari encore plus que moi, donc j’espère ne pas avoir loupé ce sentiment de profiter de tout comme pour la dernière fois, avec ma petite Bouclette…Mais peut on de toute façon, apprécier pleinement sans nostalgie aucune, même quand on sait? Je ne crois pas, au fond…

    • Johanna
      3 novembre 2017 a 12 h 54 min

      La nostalgie n’est pas un sentiment désagréable pour moi, plutôt la conscience du temps qui passe, des choses qui changent. Je n’avais pas la certitude d’avoir une 3 ème après Wendoï, j’en ai profité d’une autre façon et quand la nostalgie était là, je me disais, pas grave, si ça se trouve, c’est pas la dernière fois. Bref, 1000 façons de dire au revoir au dernier bébé.

  8. Le Rire des Anges
    2 novembre 2017 a 11 h 36 min

    SI Tu savais à quel point je ressens exactement ce que tu décris si bien… ❤️❤️

    • Johanna
      3 novembre 2017 a 12 h 55 min

      Merci. Même profil de famille, même sentiment! Bises à ta jolie famille!

  9. Camomille
    2 novembre 2017 a 12 h 02 min

    J’aime beaucoup ton texte ! Mais je ne m’y retrouve que très peu. Gustave aussi est très probablement mon dernier bébé, je n’ai absolument pas profité de ses premiers mois. Et maintenant que ça se calme, je souhaite encore le voir grandir vite, je n’ai aucune envie de retenir le temps. J’ai hâte du moment où je pourrais le poser par terre et où il jouera assis ou filera à 4 pattes. C’est à partir de ce moment là que je m’éclate !

    • Johanna
      3 novembre 2017 a 13 h 00 min

      Je suis heureuse d’apprendre que les circonstances qui ont entouré la naissance de Gustave ne te donnent pas le sentiment de t’avoir volé ces moments. Mais je comprends parce que moi aussi je préfère l’enfant au bébé, l’éducation au maternage. Mais dans tous les domaines le temps qui passe me rend un peu nostalgique, sans que je me sente triste pour autant. Juste la conscience que certaines choses ne reviendront pas.
      Bises

  10. Cendra
    2 novembre 2017 a 12 h 55 min

    Je partage ton point de vue sur ce dernier enfant, j’ai le même sentiment entremêlé de « je profite à fond » et « je suis triste de ne plus jamais revivre ça »! Parfois je rêve d’un troisième et pourtant je sais que notre famille est au complet!

    • Johanna
      3 novembre 2017 a 13 h 03 min

      Quel accomplissement de sentir sa famille au complet. Après la naissance de la deuxième, je n’avais pas ce sentiment de complétude, alors que le 3eme n’était pas prévu. Du coup je ne vivais pas les choses de les même façon.

  11. Pititefleur
    2 novembre 2017 a 12 h 59 min

    JE le trouve touchant cet article !
    BIen sur moi je vis les première fois de maman.
    Mais je me pose parfois la question de comment font les parents d’enfant unique ou comme les parents qui avec des jumelles ont une fratrie mais on vécu les premières et derniers fois en même temps.

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 22 h 54 min

      Merci! Je me suis posé les mêmes questions! Le modèle enfant unique ne m’aurait pas convenu, mais pas que pour les dernières- premières fois!

  12. monlissouetsamarmaille
    2 novembre 2017 a 14 h 25 min

    tellement ca… et entendre les ainées me dirent « tu lui cedent tout c’est ton petit bébé » ben oui j’avoue que parfois je suis un peu plus laxiste avec lui … mais c’est mon bébé pour toujours (ou pas )

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 22 h 56 min

      Les différences sautent aux yeux des enfants…et pourtant on les aime tous autant, quelquesoit leur rang de naissance!

  13. Claire
    2 novembre 2017 a 14 h 46 min

    Ton billet respire tellment de sérénité !
    Il est magnifique 🙂

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 22 h 57 min

      Merci Claire!

  14. charlotteauxpetitspois
    2 novembre 2017 a 15 h 24 min

    Te lire est une réelle bouffée d’oxygène… MERCI pour ces instants volés.
    Tu as raison : c’est maintenant ou jamais.
    Je t’embrasse

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 22 h 58 min

      Merci beaucoup et compte sur moi pour profiter!

  15. mamansurlefil
    2 novembre 2017 a 20 h 14 min

    Un magnifique texte et des mots si justes… Quand tu dis que nos plus grands bonheurs c’est d’avoir vu nos ainés passer les étapes, mais que pour ces petits derniers, finalement on rêverait d’arrêter le temps… C’est juste tellement ça !
    Perso, je n’ai pas vécu la grossesse et les premiers mois de mon petit (plus si petit) comme les derniers et pourtant, je pense de plus en plus que ce sera le dernier… Et je regrette de ne pas l’avoir su avant et de ne pas en avoir profité en conséquence !

    Alors, oui, couve-la, gate-la mais profite-en, cela passe si vite !

    Bises

    Virginie

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 23 h 03 min

      Oui, pour mon premier, j’ai mis longtemps à me détendre et à comprendre que, non, tous ses progrès n’étaient pas les miens et qu’un bébé en bonne santé, ça pousse presque tout seul! Alors pour le 2 ème, j’étais déjà plus dans l’émerveillement tranquille et avec cette dernière, la nostalgie est souvent là. Mais ce n’est pas désagréable…

  16. Estelle
    2 novembre 2017 a 21 h 39 min

    Très joli article. Personnellement, je vis les choses un peu différemment, ma fille aurait pu être la première et la dernière car elle est venue au monde grâce à la PMA. Je m’étais résolue à ce qu’il n’y ait qu’un seul enfant et mon fils est arrivé, alors c’est comme si je vivais les choses une deuxième fois pour la dernière fois… Mais que le temps passe vite, hier mon fils a fait ses premiers quatre pattes…

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 23 h 06 min

      Je te comprends! Quel cadeau de la vie les enfants, certains parcours doivent le rappeler encore plus que d’autres aux parents…

  17. Emilie
    2 novembre 2017 a 21 h 55 min

    Le jour de mon accouchement j’ai dit que ce premier enfant serait aussi le dernier et forte de cette certitude je savoure à 1000% chaque instant. Chaque étape restera unique et j’aime cette idée.

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 23 h 08 min

      Ce doit être effectivement très fort , l’enfant unique, vu sous cet angle… et je suis d’accord, sentir cette complétude, c’est une vraie force!Hé

  18. Mam'Weena
    2 novembre 2017 a 23 h 56 min

    Quel texte émouvant … j’espère que je saurais aussi reconnaître ce dernier enfant, qu’il n’y aura pas de « surprise » : un p’tit troisième qui serait le dernier ou un cinquième surprise …

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 23 h 12 min

      Un enfant » de moins » que souhaité, ce doit être très frustrant.. mais un enfant de plus, c’est peut être des nouvelles dernières fois, un cadeau bonus?
      Cela dit je serai très déstabilisée par un 4 ème, je sens la famille si complète…

      • Mam'Weena
        5 novembre 2017 a 13 h 17 min

        Un enfant « de moins » oui, c’est frustrant, ma mère a mis 10 ans a faire le deuil de ce quatrième … un de plus, je ne sais pas, il faudrait que j’ose demander à ma belle mère.

  19. lesdelicesdeframboise
    3 novembre 2017 a 15 h 10 min

    Ton texte est tellement émouvant..j’en avais les larmes aux yeux.
    Cele me fait penser que je ne suis pas encore prête à dire au revoir à la maternité, je ne suis pas prête à vivre ces petits deuils. C’est paradoxal car j’ai hâte de revivre cela et en même temps je ne veux pas car je sais que le deuxième sera surement le dernier. Je n’ai pas encore envie d âme dire que je ne vivrai plus ça !
    Bisous

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 23 h 17 min

      Je comprends parfaitement ce sentiment, j’ai eu le même! Mais c’est encore plus beau d’avoir touts ses enfants autour de soi!

  20. mamande4fr
    4 novembre 2017 a 12 h 30 min

    Très joli et très vrai. Je me rends compte que je suis en train de vivre ma dernière grossesse et je ne la vis pas du tout comme les précédentes ! C’est super d’en être conscient et de se dire qu’on est prêt à passer à autre chose ensuite. 🙂

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 23 h 20 min

      Curieusement, j’ai eu moins ce sentiment de dernière fois pour la grossesse. Pourtant j’adore être enceinte. Peut- être parce que chaque grossesse était plus fatigante que la précédente? Je te souhaite de profiter de tout au max!

  21. mamanlouna
    4 novembre 2017 a 17 h 32 min

    Oh que je me retrouve dans tes mots ! Et la boule qui vient de s’installer dans ma gorge m’indique peut-être que ma Nymphette est mon dernier bébé à moi ? Ou pas…. on verra !
    Merci et bravo de profiter en conscience de toutes ces dernières premières fois !

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 23 h 21 min

      Merci! Profite de ta jolie Nymphette, qu’elle soit destinée à être grande soeur ou pas!

  22. lau and the girls
    4 novembre 2017 a 22 h 49 min

    Ahhhhh les deuils joyeux, que j’aime cette expression ! Merci pour ce magnifique texte, qui me rappelle tous les deuils joyeux que j’ai vécus et vis encore avec ma Deuz, ma petite dernière ! On ouvre tous les jours de nouveauc chapitres, plus beaux les uns que les autres !
    Bises,
    Lau

    • Johanna
      4 novembre 2017 a 23 h 23 min

      C’est vrai, chaque page tournée ouvre aussi un nouveau chapitre. Les enfants sont intéressants à tous les âges.

  23. Madame Bobette
    5 novembre 2017 a 22 h 38 min

    C’est tellement beau ce que tu écris! Et même si je ne vis pas encore l’étape de mon dernier bébé (j’espère en tous cas), je suis certaine que ce que tu dis est tellement vrai! Bébé 2 sera normalement le dernier et je ferai en sorte de vivre chacun de ces petits moments comme tu le décris! Profite bien

  24. madamelavande
    7 novembre 2017 a 18 h 15 min

    Tes mots sont émouvants et plein de justesse. Je vis pour l’instant mes premières fois de maman, mais j’espère pouvoir un jour profiter des dernières avec autant de sérénité que toi !

  25. Marine
    8 novembre 2017 a 3 h 21 min

    On le sait donc, lorsque c’est le dernier ?! C’est rassurant ça 🙂 (Parfois je sursaute en me demandant « Et si c’était la dernière fois ! »)

    • Au presque parfait
      19 novembre 2017 a 23 h 15 min

      Là, je suis catégorique, c’est dernière! Pour pleins de raisons et notamment parce que 6,5 ans entre l’aîné et dernière, ça me paraît suffisant… mais pour la 2 ème, j’étais comme toi, à me dire si ça se trouve après, c’est fini… alors c’est un privilège pour moi de savoir que c’est la dernière fois!

Un petit commentaire et je suis au paradis!