le jour où ils ont dit leur nom

On se souvient pour toujours du premier regard, du premier sourire, de la première cuillerée. Des premiers pas, de la première colère. Peut-être suis-je la seule à compter également parmi les moments fort de la maternité celui du jour où l’enfant prononce pour la première fois son prénom.

Il est pour moi un moment très émouvant, un boucle qui se boucle quand l’enfant fait sien le prénom qu’on a choisi pour lui. C’est la validation ultime de ce choix. C’est l’une des étapes qui le rendent vraiment lui.

Pour mes deux enfants ce moment a eu lieu a peu près au même age, un matin entre 18 et 24 mois, et exactement au même endroit, sur table à langer, dans la salle de bain. Cet endroit si propice aux « et c’est à qui ce pied/main/ventre » « et il est où ton pied/main/ventre » et « elle est où maman et il est où bébé? ». Bref, c’est au milieu de ces gaga-teries quotidiennes que s’est joué à chaque fois ce petit moment d’éternité.

Chupenn a parlé assez tôt. A deux ans, il parlait vraiment bien, A 18 mois je le comprenais parfaitement, mais a priori, j’étais la seule. Pourtant, s’il y a un mot que Chupenn a mis longtemps à prononcer, c’est son prénom. Il se surnommait lui-même « le bébé ». Comment tu t’appelles? Le bébé. C’est à qui, ça? A le bébé. Le bébé, le bébé, le bébé. Le jour où il a prononcé son prénom pour la première fois a été presque un soulagement, et.. m’a tiré quelques larmes. Ce fut une vraie première fois, le début d’autre chose comme Chupenn sait le faire, car après, il a cessé quasi instantanément de s’appeler lui-même « le bébé ».

Wendoï a prononcé son prénom samedi. Notre Wendoï qui comprend tout mais ne dit que quelques mots et n’est pas très curieuse de parler. Elle se désigne elle-même par un geste vers la poitrine mais ne se surnomme pas. Nous étions donc sur la table à langer en train de gaga-tiser.  « Tu sais dire, Wendoï, toi? Elle a répété avec application. La précision de la prononciation a surpris Pacs-que-c’est-Lui qui était juste à coté. On a applaudit et elle s’est marré. Malgré nos injonctions, elle n’a pas renouvelé son exploit, fidèle à elle-même et à sa conception assez économe de la notion d’effort. Même pour son frère, elle n’a pas voulu redire son prénom, se détournant avec un grand sourire garni de nan nan nan… Ce n’est donc pas demain qu’elle le prononcera à toutes les sauces, cette coquine.

Au même age et au même endroit. Unité de temps et unité de lieu. La même émotion. Et pourtant, deux épisodes très différents, à l’image de leur personnalités opposées. Plus de légèreté du côté de Wendoï, plus d’application du côté de Chupenn. Plus d’enjeu aussi. Du définitif côté Chupenn, du fugace côté Wendoï.

Deux petits bouts d’éternité sur la table à langer.

elle a dit son nom

Et vous, vous souvenez-vous de ce moment?

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 comments on “le jour où ils ont dit leur nom

  1. Audrey
    16 février 2016 a 9 h 28 min

    Très émouvant cet article… et toujours avec des pointes d’humour qui décrochent un sourire voire des rires de ma part. Quel plaisir de te lire ! Sympat la question à la fin, et vous …? Ce blog devient de plus en plus interactif et c bien dans l’ère du temps. Tant qu’on y est aussi, superbes les photos.
    Jonathan, 13 mois, sait dire maman papa, capa (c Guapa notre chienne), on sent bien qu’il essaie de dire Benjamin (c pas vraiment encore ça, il bug), mais son prénom pour le moment ça ne l’intéresse pas. Chaque chose en son temps, pour le moment et depuis 2 mois il est à fond dans la découverte de son univers avec une autre perspective avec tous les challenges d’équilibre et d’escalade que cela comporte. Il s’applaudit lui même en marchant tellement il est fier depuis 2 mois qu’il se tient debout tout seul.
    Quant à Benjamin, j’avoue que je ne me souviens pas très bien ni où ni comment de la 1ère fois qu’il a dit son prénom…je pense que ça s’est fait en décodeur en plusieurs fois par morceau… Faut dire qu’on n’a pas facilité la vie de nos enfants avec leurs longs prénom !

    • Johanna Lara
      17 février 2016 a 11 h 28 min

      Les tiens c’est plutôt des physiques que des communicants! Dis donc Jonathan marche déjà! C’est vrai qu’il a déjà 1 an…
      Grosses bises

  2. Ally
    16 février 2016 a 11 h 19 min

    Malo dit « tartine » depuis quelques semaines, et « cracottes » aussi. Je crois qu’après « Maman », « Papa », « Dent », et bien « Tartine » est son quatrième mot (vive les petits déj du samedi matin quand son père dort encore :)). Il en a d’autres, des mots, mais un peu moins bien prononcés… « Ve » : qui oscille entre « ouvre » ou « voir » (je crois que c’est « ouvre » en fait), et « Poi » aussi, qui veut dire tantôt « Poire » et tantôt « Pomme ».
    Point de « Malo » pour le moment en revanche :).

    Par contre, très grande première fois ce dimanche, qui a tiré les larmes de sa mère (poule) : ses boucles de bébé ont été coupées !! Il ressemble de plus en plus à un petit boy maintenant !

    • Johanna Lara
      17 février 2016 a 11 h 32 min

      Ca oui, c’est une étape quand on entre chez le coiffeur avec ton bébé et que tu ressort avec ton grand garçon, c’est une page qui se tourne… Quant au prénom, je suis bien placée pour dire que ca ne leur facilite pas la vie d’avoir un prénom qui commence par « ma ». Trop proche de maman! Mais ce petit Malo est plein de ressources!
      Grosses bises

  3. Le Rire des Anges
    17 février 2016 a 19 h 07 min

    Oui je me souviens de ce moment et je l’entends encore le dire… Par contre je serais bien incapable de donner la date et le lieu!

    • Johanna
      17 février 2016 a 22 h 22 min

      mais quelle émotion n’est-ce pas?
      Bises

  4. mamanlouna
    12 septembre 2017 a 9 h 42 min

    Comme c’est précieux, ces souvenirs de première fois !
    Je ne me souviens pas de la toute première fois où Poupette a dit son prénom, prénom qu’elle a d’ailleurs écorché pendant des longs mois (en même temps, on ne l’a pas aidée avec un prénom long et difficile à prononcer ! 😉 ), mais je me souviens des premières petites phrases où elle parlait d’elle-même, en utilisant ce fameux surnom. C’était sur la terrasse de notre bungalow, à la Martinique, alors qu’elle avait 18 mois.
    Pour l’unité de lieu, comme pour vous, je crois qu’on repassera ! 😀

    • Johanna
      14 septembre 2017 a 13 h 27 min

      Tant pis pour l’unité de lieu, le décor de rêve, ça le fait!

Un petit commentaire et je suis au paradis!