Le vélo à 2 roues en 15 min par Chupenn

Depuis ce weekend Chupenn « fait du vélo à deux roues » (comprendre = sans les roulettes). Moi qui suis si prompte à crier au génie-qu’est-mon-fils-ce-génie, sur ce coup-là, je vais rester calme, tant il est évident que les 3/4 de la classe des moyens roule depuis plusieurs mois sans roulettes. (et sans les décibels qui vont avec, sérieusement, ces roulettes font un bruit insupportable).

Cela dit, j’ai l’impression que « de mon temps » (dinosaure inside), on apprennait beaucoup plus tard à faire du vélo sans roulettes. Permettez-moi donc de crier aux génies.

Les spécialistes vous expliqueraient que c’est grâce aux draisiennes, ces petits vélo dont il ne manque que les pédales, que les enfants chevauchent à partir de 18 mois et qui leur permettent d’apprendre l’équilibre AVANT le pédalage. Soit l’inverse de ce que nous apprenions.

Bref, en 10 minutes et parce qu’il avait décidé que c’était le moment, Chupenn a jeté les roulettes à la poubelles (en fait j’ai réussi in extremis à négocier de les garder pour Wendoï, mais c’était tendu comme négo). L1, L2, 3, 4 et 5 (mes lombaires) n’en reviennent pas d’avoir été à ce point épargnée et adressent à Chupenn leurs remerciements soulagés et admiratifs. (oui, mon fils est un génie, c’est pas moi qui le dit, c’est mes lombaires).

Le pédalage et l’équilibre étaient acquis, c’est la navigation qui posait problème. On a presque embrassé deux arbres ce qui a valu un jeté de vélo rageur d’un Chupenn vexé (je peux pas lui jeter la pierre, en terme de pratique, le jeté rageur m’est assez familier).

Le samedi après-midi donc Chupenn est rentré en vélo, sans accro et fier comme Artaban. Tous les êtres vivants que l’on a croisé entre le square et chez nous ont eu droit à un récit de ses exploits, et Chupenn n’en finissait pas de faire la liste des gens qui allaient « être surpris » (Mamie, Mamée, cousinou, Augustin, Petite-Princesse, A, la maîtresse… et j’en passe) (ce qui pour le coup m’évoque assez clairement une pratique hérité du coté paternel, cette fois (bisous, chéri)).

Il se trouve que le lendemain, hasard du calendrier, on avait prévu la première balade à vélo de la saison, avec C+J Augustin (4ans et affranchi des roulettes depuis quelques semaines) et Héloïse (presque 2 ans). Et nous voilà parti pour 45 minutes de pédalage, à huit, avec 6 vélo et seulement 12 roues. C’était également une première pour les petites soeurs qui ont fait leur première balade en siège-vélo.

ballade velo miribel

Augustin a appris à Chupenn sa technique de départ arrêté, mais râlait dans les montées parce que ça fait mal aux cuisses. Pourtant à la fin de la balade, les 4 ans avaient mal… aux mains! Un peu crispés sur le guidon, sans doute…

C’était une super ballade sous un soleil estival, on est très fiers de nos jeunes conducteurs… Mais, en voyant Chupenn partir droit devant sur son petit vélo, j’ai eu fugacement l’impression qu’il quittait le nid. En fait, ça me fait tout drôle mon 4 ans sur deux roues…

Chupenn et augustin

Rendez-vous sur Hellocoton !

One comment

  1. Maman coquelicot
    15 avril 2015 a 23 h 28 min

    Ton article m’as fait prendre conscience (encore une fois ) que le temps passe trop vite!

Un petit commentaire et je suis au paradis!