Mon (tout) petit grand

Hier, au moment du dernier bisou, celui que je vole tous les soirs avant d’aller me coucher, j’ai trouvé Chupenn endormi avec son doudou. Mon grand de bientôt 6 ans et demi a dû retourner le gros panier des peluches à la recherche de son doudou mis à la retraite il y a plusieurs mois.

mon-petit-grand-chupenn-dor

Mon petit-grand fait des aller-retour entre le monde des grands et celui des petits. Signe, qu’il a un peu plus de mal à trouver sa place, mon petit grand, en ce moment.

Ca se passe un (tout petit) peu plus difficilement chez la nounou, le midi. Avec l’arrivée des beaux jours, les copains jouent au foot après la cantine, et ce lieu qui lui est interdit à cause de ses allergies alimentaires devient l’eldorado dont il rêve… (on est allé chez Flu*ch manger des haricots verts flasques pour désacraliser le coup du plateau)

 

Il grandit, lui, qui ne s’est jamais intéressé à son apparence, il se coiffe avec soin, en plaquant la mèche sur le coté. Pacs-que-c’est-Lui déteste son air de premier de la classe et moi il me fait penser au petit stagiaire de 3ème qu’on a eu le mois dernier et qui nous a expliqué avec tout le sérieux de ses 15 ans qu’il s’était fait faire une coupe spéciale pour (pouvoir) porter le casque de sécurité.

Il grandit, les copains prennent de l’importance, la maîtresse aussi…

Il reste de très loin le plus petit de la classe. c’est incontestablement affiché sur la porte de la classe. Mais contrairement à l’an dernier, son petit gabarit de 18 kg en fin de CP, il le vit plutôt bien, vu que la maîtresse a dit qu’il est le plus mignon de la classe. Et ce que dit la maîtresse, ne souffre aucun doute.

Mais la maîtresse a dit aussi « que ça allait faire beaucoup de soeurs! ». Moi je trouve ça plutôt bluffant de la part de la maîtresse de se souvenir de la composition de la famille, mais ça a ravivé quelques craintes chez celui qui sera mon unique garçon, et qui reste le plus attentionné des futurs grands frère vis-à-vis de mon bidon.

Il a gardé son imaginaire d’enfant, se perd pendant des heures dans des scénarios où il sauve dans le désordre, des princesses, le monde et son petit frère (si, si). il s’apprend à voler sur le trampoline avec autant de soin qu’il met à apprendre à lire, mais avec nettement plus de plaisir.

Chupenn-vole-balancoire

Et puis il y a elle, Wendoï, ses 3 ans éclatants, qui crèvent l’écran, qui, malgré nous, captent toute l’attention de l’objectif photo familial. Wendoï qui nous fait fondre autant qu’elle nous exaspère, qui arrache systématiquement des compliments aux passants, cette petite soeur qui se revendique grande et qui prend beaucoup, beaucoup, de place en ce moment.

Finie l’hégémonie sans partage de Chupenn, Wendoï se mouche mieux que lui et en plus elle boit au bol quand il préfère le chocolat au biberon; Et parfois, elle gagne aux jeux de sociétés. Ces toutes petites défaites qui sont les premières ont un goût amer.

Il est mauvais perdant et compétiteur acharné (je plaide coupable, pour le coup, ça, ça vient de moi) mais en ce moment, chuter de son piédestal est plus douloureux que d’habitude. Comme quand le petit voisin lui a dit qu’il ne savait pas freiner en vélo. Le problème c’est qu’on lui a acheté un vélo beaucoup trop grand (note pour plus tard : les vélos, c’est pas comme les chaussures, ils sautent pas de pointure; Après le 12 pouces, il faut un 16 pouces, pas un 20). Il était tellement mal qu’en un quart d’heure on a trouvé et on est allé chercher un vélo ad hoc sur le Bon Coin (et je vous prie de croire que c’est pas le genre de la maison de céder aux caprices sur l’heure).

Chupenn-velo-16-pouces-pour

Wendoï, elle n’a toujours pas pigé le principe de la draisienne, mais elle s’en fout royalement. Elle domine, elle doute de rien. Ses « Chupenn, ça te dit on joue » sont plus des ordres que des propositions.

 

Alors, pour la première fois depuis 3 ans, il y a quelques disputes et quelques mesquineries de part et d’autre. Elles restent minoritaires au milieu des heures de jeu qu’ils partagent tous les deux avec des scénarios de plus en plus complexes – et on mesure notre chance- (cela dit, quand ils jouent au Papa et à la Maman et qu’ils s’énervent sur leurs enfants, le miroir qu’ils nous tendent n’est pas toujours tendre…).

 

Mais ce matin, quand elle est tombée de la chaise du petit déjeuner (sa maladresse, épisode n°254), Chupenn s’est mis à pleurer.

D’habitude, c’est quand il a eu peur pour elle. Mais cette fois il était jaloux que les deux parents se pressent autour d’elle.

Il découvre la jalousie, il grandit.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

15 comments on “Mon (tout) petit grand

  1. zenopia
    2 juin 2017 a 12 h 54 min