Puni-guili

Dans cette famille où nous nous apprêtons à affronter un « terrible two » de toute beauté, nous avons, afin de survivre à cette épreuve, peaufiné quelques techniques de déminage de caprice, de destruction massive de mauvaise humeurs. Et là, je crois qu’on tient quelque chose. Le concours Lépine des parents, cette année, c’est pour nous. On a THE truc. (vous avez remarqué comme en matière d’éducation dès qu’un truc fonctionne plus de deux semaines d’affilé on a le sentiment irrépressible d’avoir trouvé le Graal?)

C’est donc avec la foi des nouveaux convertis que je vous présente ma dernière invention : le puni-guili (copyright)

Le puni-guili, c’est quoi, c’est quand?

Le puni-guili s’emploie quand l’affrontement guette mais n’est pas frontal, quand le conflit est larvé, quand la partie adverse frise l’impertinence, vous teste et vous re-teste… Vous savez, quand une crapule dont l’age se compte sur les doigts d’une main, vous dévisage effrontément, avec les « gros yeux », et la ferme intention de vous faire sortir de vos gonds? Quand vous sentez confusément qu’attacher des lacets, laver des dents ou ranger une chambre risquent de déclencher la dernière guerre familiale. Quand vous avez ignoré les deux premières provocations de ma partie adverse (vous connaissez l’assiette qui est repoussée d’abord de 10cm et puis de 20 pour finir au milieu de la table et hors d’atteinte de la fourchette de son propriétaire?…), mais que vraisemblablement on attend une réaction de votre part. Dans tous ces cas, le puni-guili est fait pour vous.

Comment se pratique le puni-guili?

D’abord, le puni-guili s’annonce. Avec le sourire (merci).

« Oh toi, tu vas être puni-guili ».

Après il s’agit juste de chatouiller l’ennemi jusqu’à ce qu’il réclame une trêve. Et là, profitant de sa position de faiblesse, vous négociez ce qu’il y a à négocier. Que l’assiette soit goûtée, que les dents soient lavées, que la chambre soit rangée. Et après, vous arrêtez. Voilà.

Simple, rapide, efficace (pleutre aussi, oui).

PS : dans la négociation du traité de paix n’oubliez pas de réclamer l’arrêt du puni-guili (voir le chapitre sur les dommages collatéraux)

les avantages du pun-guili :

C’est pour rire.

Avec le puni-guili, aucun risque de se retrouver taxée de mère totalitaire (tu-m’a-puni-mais-j’avais-même-rien-fait!!!!! ou sa version équivalente pour les moins de 2 ans mis injustement au coin : les pleurs secoués de sanglots devant l’arbitraire de la répression maternelle). Le puni-guili, c’est pour rire. Pour RI-REU. Au pire, vous pourrez vous en sortir en lui disant qu’il manque d’humour (c’est mieux que de manquer d’amour).

Le puni-guili, ça désamorce. Ca remet une couche de légèreté. C’est une blaaaaague, quoi.

c’est rapide.

« la diplomatie est fort peu compatible avec la précipitation » (c’est pas de moi). Oui, mais justement, de temps en temps, une petite guerre-éclair, hein, c’est pas mal. On est d’accord, on est censées parler à notre progéniture, com-mu-ni-quer, montrer positivement le droit chemin. « Tu vois Wendoï, c’est très très important que tu manges ta soupe-maison de légumes bio, ma chérie parce que c’est plein de fibre et que ça rend le caca doux et en plus c’est très bon, regarde maman : huuuummmmmmmm! ». Voilà sauf qu’il est 20h, que j’ai les yeux en bas des joues, que la pile de linge fait un concours de hauteur avec la pile de factures et que je vais défaillir si ce repas dure plus longtemps que les 20 minutes réglementaires. Voilà. Après tout c’est pas pour rien qu’on a encore 10-15 ans de suprématie physique sur nos enfants (hum).

Bon, je vais être honnête, comme pour toutes les armes de destruction massives, il y a quelques dommages co-latéraux à prévoir. On fait pas d’omelette sans casser les oeufs, comme dit l’autre.

Dommages co-latéraux

Le risque que ça tourne au pugilat n’est pas nul (litote inside). C’est fou comme la solidarité fraternelle s’exprime à ce moment là. En plus, ils en redemandent. Et puis tout le monde veut être puni-guili. Avant, ils boudaient, après ils hurlent. Avant, ils étaient incontrôlables, après ils sont hors de contrôle.

Moi, je préfère un peu d’excitation à un peu trop de tension. En revanche, il faut bien les tenir, les loulous, ca gigote un enfant chatouilleux., le vrai risque c’est qu’ils se fassent mal.

Ça marche vraiment bien, le puni-guili, je vous le recommande chaudement. Sauf avec votre mari. J’ai essayé, il m’a ceinturé en deux secondes, j’ai cru que j’allais mourir de rire sous ses chatouilles. Je vous le conseille pas ou comme exercice de renforcement musculaire, à la rigueur.

Si vous avez d’autres plans foireux à proposer, je prends (et j’essaye, le pire)!

puni guili 2

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 comments on “Puni-guili

  1. Audrey
    25 février 2016 a 9 h 34 min

    ENORME, Bon on va tester rapidement avant de sûrement approuver…
    La technique du décompte de 5 à 0 marche pas mal et vous avez les droits d’auteur, alors pour cette nouvelle technique on va essayer aussi !
    En tout cas, tu la vends bien cette technique, à croire que tu fais du Marketing/vente 🙂
    Moi je ne risque pas de la faire avec Ed qui est plus que ceinture noire de judo !

  2. Le Rire des Anges
    3 mars 2016 a 21 h 18 min

    Ha ha!! J’adore! Très bonne technique, je la teste des que l’occasion se présente… Ça ne sera pas long! 😉

Un petit commentaire et je suis au paradis!