Rentrer la veille de la rentrée… Bonne ou mauvaise idée?!

Cette année, on est parti quelques jours à l’extrême fin des vacances. 
  Alors que toute la France vidait ses valises, nous on les bouclaient pour l’opération « œillères » :  

Non, c’est-pas-la-rentrée-non-c’est-pas-la-rentrée, d’ailleurs-on-part-en-vacances.

  
J’avais eu l’idée l’an dernier. Et puis j’ai oublié.Et puis, pour une sombre histoire de garde d’enfants j’ai finalement « posé » jeudi 30 et vendredi 31. Et on est parti. Reprendre le rythme façon douche écossaise, bonne ou mauvaise idée ?
Pour les (nos) enfants, la réponse des oui ! à 200%.

C’est Chupenn qui m’en a convaincu :

Celui qui nous a fait plusieurs arrêts cardiaques sur le thème « je connais plus la table de 3 », ce Chupenn-là, m’a dit dimanche à 20h45 :

« j’avais oublié que la rentrée, c’est demain ».

  
Et ça, mesdames et messieurs, ça vaut tous les paniers de linge sales et cette valise au milieu du salon que je vais mettre 10 jours à vider. Parce que pour les adultes, rentrer la veille de la rentrée, c’est un peu plus raide à encaisser.

  

Eviter la montée en pression des derniers jours d’août

L’an dernier, Wendoï rentrait en petite section et tout le monde la bassinait matin et soir avec cette histoire d’école.

Pas moyen d’aller acheter le pain sans que toutes les mémés du quartier félicitent chaudement Wendoï pour sa future promotion d’écolière.

Les derniers jours d’août, ça s’amplifiait.

Alors, j’avais eu cette idée de s’échapper pour éviter la montée en pression.

Et puis j’ai oublié.

Si j’ai posé mon 30 et mon 31, c’est parce qu’on n’avait personne pour garder les enfants.

Voyez-vous mon statut de conjointe de prof m’exonère de me pencher sur la question des 52 (semaines) – (moins) 36 (semaines d’écoles) – (moins) … 5 (semaines de congé) = (oh putaise).

Je mesure ma chance. (Si). Mais il y a 2 jours où ça ne marche pas : le 30 et le 31 août. (Vous voyez, il y a une justice).

Bref, quand j’ai réalisé que ma semaine avait un air de grand week-end de mai, sans l’option Bison-Futé écarlate, j’ai enfourné tout le petit monde dans la 5008. Direction chez Papé-Mamée.

Tout le monde sauf Pacs-que-c’est-Lui.
Autant vous dire que le plus convaincu de tous par le rab de vacances à la fin des vacances, c’est Pacs-que-c’est-Lui.

Après un mois, plus ou moins seul avec les trois, H24, reprendre le chemin du collège en célibataire sans enfant, c’était le meilleur moment d’août.

Il était tellement content, on aurait dit moi juste après la pose de la péridurale.

Le dépaysement, ça a marché du tonnerre.

On a fait des ricochets, on a grimpé des rochers, refait la Coupe du Monde dans le jardin de Papé et Mamée, et je ne savais plus quel jour on était.

Le vendredi soir, on était tellement loin de la rentrée, qu’envoyer Pacs-que-c’est-Lui devant l’école pour savoir si Léontine était ou pas dans la classe de Chupenn me paraissait totalement incongru.

Les saucisses grillaient dans le barbec, le soleil dépassait les montagnes. On était en vacances pour l’éternité.

Je chantonnais non-stop la chanson de la pub Herta (c’est un peu agaçant, à la longue).

On a fait un peu d’escalade à l’abri de la falaise par un vent à décorner les chamois.

 

Quand on rentre au dernier moment, il faut pas avoir de pépin…

Dimanche, j’ai cru quelques instants qu’on allait bien finir par la rater, cette rentrée.

Plus un gramme d’essence.

Je passe par l’Italie pour aller chez mes parents. Et là, au milieu d’une route de montagne, cette voiture qui me balance environ 200 notifications sur tout et sur rien en permanence m’annonce qu’il n’y a plus que 35 km d’autonomie. Je ne suis pas experte en station-service italienne ouvertes le dimanche et acceptant une carte bancaire française.

J’ai senti le plan galère arriver.

Je fais demi-tour. Retour en France pour faire le plein. Après un détour d’environ 30 minutes, première station. Il y a un monde fou à la pompe. On attend ¼ d’heure ; Perluette, à l’arrière manifeste bruyamment sa préférence pour la route italienne. Finalement, je repère un tout petit panneau qui dit que seul les espèces sont acceptées. Et j’ai pas un radis.

Je finis par trouver du gasoil 20km plus loin. C’est maintenant plus rapide de rentrer par la route française. Plus rapide mais plus tortueux.

En plus d’avoir un mari prof qui s’occupe des enfants pendant les vacances, j’ai des enfants qui n’ont pas le mal de cœur de voiture.

Je suis une femme chanceuse.

Sauf le 30 et le 31 août (pour le mari prof) et le 2 septembre (pour les enfants qui n’ont pas mal au cœur).

Chupenn, déclare à 1850 m d’altitude qu’il a un peu mal au ventre.

Je lui dis d’arrêter de lire. Il me dit qu’il a un peu mal à la tête.

Je jette un coup d’œil. Il est vert.

On s’arrête.

(Est-il utile de préciser que Perluette venait juste de s’endormir ?)

Après 2 autres arrêts, (Si toi aussi tu as fait pipi dans un Algeco provisoire avec un bébé sur les genoux tout en parlant avec un autre enfant de l’autre côté de la porte pour le maintenir dans un périmètre de sécurité, tapes dans tes mains) on a fini par arriver, en quasi-doublant le temps de trajet aller (c’est pas grave, on est en vacances).

On n’a pas raté la rentrée. Et j’étais encore zen. Trop.

 

Quand finalement on tarde vraiment à tourner la page des vacances…

L’épisode du retour aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Mais non. Finalement, le problème de notre stratégie… c’est qu’elle a trop bien marché!

On goûte. Je lance vaguement une machine.

Je reprends un thé avec ma voisine.

Les copains-voisins débarquent. Ils nous spoilent la liste des élèves et le nom des maîtresses mais nous sommes encore en vacances pour l’éternité.

A 19h, on est nickel. Défilé dans la douche.

A 22h je cherche partout le sac à dos – chat de Wendoï. Et quels jours j’ai inscrit Wendoï à la cantine, (lundi???).

A 22H30 je checke les fournitures achetées en juin et renonce à étiqueter tout ça, afin de me coucher à une heure décente.

On se couche en se disant qu’on se lèvera à 7 heures. Et on est encore que zénitude.

Après, la pression commence à monter. En tout cas chez les enfants. Nous, les parents, on a toujours nos œillères fixées très solidement à nos paupières.

A 23h, Perluette hurle. Il y en a au moins une qui a compris que quelque chose se trame.

Chupenn et Wendoï sont restés zen. Jusqu’à 4 heures du matin, quand on les a rattrape par leurs culottes de pyjama alors qu’ils descendent l’escalier pour attaquer la journée.

A six heures, pareil. Des petits pas sur le parquet. Notre parquet grince, c’est un radar à enfant infaillible. On renvoie tout le monde au lit.

A sept heures, on se lève. C’est plus les vacances et c’est surtout beaucoup trop tard.

C’est à ce moment-là qu’on a réalisé que l’an dernier, on se levait plutôt à 6h15.

Et là, la pression monte.
A huit heures moins le quart, personne n’est habillé. Au moment de partir, on ne retrouve plus les chaussons de Perluette.

Ils auraient pu être au milieu des tasses du petit déj, parce que de toute façon, on n’a pas le temps de débarrasser. Comme ça, ça faisait un bel ensemble avec le reste des bagages non défaits de la veille.

Ah voui, d’habitude, la veille, j’aligne consciencieusement les 6 chaussures des enfants pour m’éviter la crise de nerf.

8h20. Jai le stressomètre subitement à 25 de tension. Ne pas crier sur les enfants le jour de la rentrée. Ne pas crier sur les enfants le jour de la rentrée. Ne pas crier sur les enfants le jour de la rentrée.

 


En définitive, s’échapper et rentrer juste à temps pour la rentrée, oui ! c’est une bonne idée. Pour les enfants, car après tout c’est de leur rentrée qu’il s’agit.

Je ne suis pas sûre que les enfants aient très bien dormi la veille de la rentrée mais je suis sûre qu’ils ont profité de leurs vacances jusqu’au dernier jour. Et que le stress de la rentrée ne leur apporte rien de positif.

Je me souviens encore du pétage de plomb de Wendoï, l’an dernier.

C’était le vendredi soir. Au moins 20 personnes devant le panneau d’affichage de l’école, à compulser les listes, commentaires à l’appui, excitation à son max. Elle a explosé :

Arrêtez de me dire des questions de l’école !

J’avais réalisé un peu tard que c’est impossible pour eux de se préparer à la rentrée. Surtout quand on ne sait même pas ce qu’est l’école.

Depuis une autre première rentrée, celle de Chupenn, j’avais aussi compris que c’est nous, les parents qui faisons de la rentrée un évènement ponctuel.

Le lendemain de la rentrée, quand je l’ai réveillé pour aller à l’école, il m’a répondu :

Quoi ? encore, mais j’y suis déjà allé hier !

 

Pour eux, « la rentrée » s’apparente plus à un processus d’adaptation. 3 semaines. Je compte trois semaines pour me prononcer sur la fameuse question : « est-ce que la rentrée s’est bien passée ? »

 

Et cette année, j’ai compris que c’est nous, les parents qui avons besoin de nous préparer à ce grand rush logistique. Les vacances au bout des vacances, on y a tous cru, et c’est moi qui ai eu le plus de mal à en revenir.

 

Bonne nouvelle, on est mercredi, j’ai fini de vider les valises.

C’était aussi ma rentrée de blog après une pause de 2 mois, du jamais vu ici, et je dois dire que la reprise n’est pas facile ! J’espère que le style ne s’en ressent pas trop, ici comme ailleurs, j’espère reprendre le rythme.

Et chez vous, la rentrée s’est bien passée 😉 !?

Rendez-vous sur Hellocoton !

33 comments on “Rentrer la veille de la rentrée… Bonne ou mauvaise idée?!

  1. Entrelescailloux
    5 septembre 2018 a 12 h 59 min

    J’adore te lire, toi et tes péripéties, en tout cas, au final tout le monde est arrivé à bon port 😉

    • Johanna
      5 septembre 2018 a 14 h 39 min

      Merci! Oui tout le monde a embarqué sur le navire! Et vous le planning est toujours aussi serré?
      Bises bonne rentrée!

      • Entrelescailloux
        5 septembre 2018 a 14 h 42 min

        Oui je suis en pleine réalisation du nouveau bullet journal pour 2018/2019 pour tout bien caler.

        • Johanna
          5 septembre 2018 a 14 h 48 min

          Oh punaise!

  2. Le Rire des Anges
    5 septembre 2018 a 13 h 30 min

    Ha ha! Quel plaisir de te lire à nouveau! Non tu n’as rien perdu de ton style, ou alors je ne m’en rends pas compte mais j’apprecie Toujours!
    Même pause bloguesque ici, 2 mois! Des vraies vacances quoi!
    Pour nous c’etait Une rentrée sans chichi! Parfaite quoi!
    Bizzz

    • Johanna
      5 septembre 2018 a 14 h 41 min

      Merci! Mais tu étais très active sur fb! Oui, la 2eme rentrée, c’est quand même plus cool (dans quel état on était l’an dernier)!

      • Le Rire des Anges
        5 septembre 2018 a 15 h 20 min

        Oui enfin surtout sur Instagram! Cette rentrée est passée les doigts dans le nez!

        • Johanna
          5 septembre 2018 a 15 h 24 min

          Ig of course!

  3. Maman BCBG
    5 septembre 2018 a 14 h 04 min

    Chic, te voila de retour !
    Comme toi, j’attends 3 semaines avant de me prononcer… Super copine est encore dans la classe de Petit Quark, donc il est content. On verra comment ça se passe avec « Jeune Rivière » (Geneviève) la nouvelle maîtresse… la grosse différence, c’est que les moyens ne font plus de siestes, donc grosse grosse fatigue le soir… (et que bébé Gluon est mutée dans une crèche à l’autre bout de la ville jusqu’à Noël pour cause de travaux, alors le matin et le soir c’est un peu méga chaud…)

    Sympa de lire ce rab de vacances 🙂 Le style est toujours là !!

    • Johanna
      5 septembre 2018 a 14 h 42 min

      Bébé gluon est mutée! Je suis pliée de rire, ça va faire mon apm! Ici les moyennes

    • Johanna
      5 septembre 2018 a 14 h 47 min

      Oups! J’ai décidément perdu l’habitude de l’appli!
      Ici les moyens font la sieste! Bon courage pour la reprise et bises à jeune-vieille (prénom décidément fort en vogue chez les maitresse de PS mais dur à prononcer)

  4. MumChérie
    5 septembre 2018 a 15 h 33 min

    Ouf! Moi aussi j’ai déjà eu la fameuse phrase : « mais l’école ça y est, j’y suis déjà allé hier! » Tu m’as bien fait rire !

  5. Mam'Weena
    5 septembre 2018 a 16 h 31 min

    Ah ah merci pour cet article … ici, pas de valise mais une autre stratégie oeillère : dimanche, on ne s’est pas habillés
    En tout cas, je garde l’astuce sous le coude si la rentrée devenait trop tendue pour les garçons, pour l’instant, ça passe crème (pour FeuFolet a qui j’ai vendu rentrée = presque anniversaire, il nous en parle depuis 3 mois, on n’est plus à 2 mois près / et pour LutinCoquin malgré une continance absolument pas maîtrisé en vêtement, je béni la maitresse et l’atsem pour qui 2 accidents par matinée ça va ) … allez encore 2 semaines et demi a croiser les doigts pour que LutinCoquin s’adapte bien à la TPS …

    • Johanna
      5 septembre 2018 a 20 h 24 min

      Tps pour Lutin Coquin! J’avais pas réalisé! Dis donc il va grandir comme un champignon cette année! Pour nous ne pas s’habiller, ça marche pas : beaucoup trop comme tout le reste du mois d’août! !

      • Mam'Weena
        5 septembre 2018 a 21 h 33 min

        Oui . Moi, je voulais attendre janvier, mais ça fait déjà 3/4 mois qu’il essaye de s’échapper dans la classe de son frère, doudou dans le bac comme un grand, alors j’ai « cédé » … j’appréhende encore un peu un retour de baton

        • Johanna
          5 septembre 2018 a 21 h 40 min

          3 semaines et tu seras fixées (ma théorie…)

          • Mam'Weena
            6 septembre 2018 a 10 h 53 min

            J’ai la même… et j’espère que tout va bien se passer parce que je met fin au contrat de la nounou cette semaine

          • Johanna
            6 septembre 2018 a 21 h 42 min

            Je suis avec toi!

  6. biboumam
    5 septembre 2018 a 20 h 08 min

    L’an dernier, on a fait comme toi, retour la veille de la rentrée très tard… c‘etait galere côté fatigue… cette année on est rentré 15 jours avant mais on a quand même réussi à se coucher tous tard la veille de la rentrée… mais j’ai décidé de ne plus culpabiliser, et ça ça me donne un air de vacances, même à la rentrée! Bon courage!

    • Johanna
      5 septembre 2018 a 20 h 20 min

      Je te rejoins, le graal, c’est de réussir à pas culpabiliser quoi qu’il arrive!

  7. Charlotte - Enfance Joyeuse
    6 septembre 2018 a 11 h 21 min

    Tout le monde est arrive à destination et c’est le plus important ! J’attends donc trois semaines pour te poser la question fatidique 😉

    • Johanna
      6 septembre 2018 a 21 h 43 min

      Ha! Ha! Pari tenu, dans 3 semaines, on se dit!

  8. madamelavande
    6 septembre 2018 a 14 h 26 min

    Ton style est parfait et j’aime tjs autant te lire

    • Johanna
      6 septembre 2018 a 21 h 46 min

      Merci! Tu es si adorable!

  9. Lucky Sophie
    6 septembre 2018 a 15 h 01 min

    On part chaque année la dernière semaine des vacances, d’abord c’est beaucoup moins cher, il y a moins de monde et surtout on rentre avec des souvenirs de vacances tous frais ! Et entièrement d’accord avec toi, le premier jour ne suffit pas pour savoir si la rentrée s’est bien passée ou pas !

    • Johanna
      6 septembre 2018 a 21 h 51 min

      Je suis une juilletiste convaincue : les jours sont longs et les vacances paraissent infinies… mais cette dernière semaine a aussi une saveur particulière! Merci pour ton passage ici

  10. queenofthetribu
    6 septembre 2018 a 18 h 23 min

    Haha tu m’as bien fait rire ^^ Ceci dit, et concernant la question en titre, je ne sais pas si je tenterais les vacances veille de rentrée ^^ J’aurais bien trop peur d’être dans la même situation que toi le lendemain, farfouillant pour trouver les baskets des loulous !

    • Johanna
      6 septembre 2018 a 21 h 56 min

      Ouais, c’était un peu la douche froide. Heureusement que j’ai pas craqué et hurlé sur les 3 (ça m’arrive trip souvent) parce que j’avais quand même le coeur en miette d’avoir vu Wendoï toute seule perdue dans cette classe (elle est la plus petite)(mon bébé). Mais pour eux et en particulier pour Chupenn, je suis prête à retenter. Je ferai le plein avant!

      • queenofthetribu
        6 septembre 2018 a 22 h 14 min

        Oui c’est clair que si ça leur permet de vivre sereinement la rentrée, il faut le faire prends une bagnole électrique la prochaine fois (quoique, pas sûre que tu ailles bien loin )

        • Johanna
          6 septembre 2018 a 22 h 19 min

          Je vais essayer de regarder la jauge. Ces bagnoles qui parlent et conduisent toutes seule ont tendance à m’infantiliser…

  11. Alexe D.
    7 septembre 2018 a 19 h 27 min

    Ravie de te relire…
    Moi aussi j’ai fait ma rentrée et elle a certainement été plus violente que celle des enfants! J’avais oublié ce qu’était le bruit de fond d’un open space, malheuuuur…
    Et c’est moi cette année qui me suis dit, dans la nuit de lundi à mardi « ho punaise, faut y retourner tous les jours ?! » misère…
    La bonne nouvelle est que non, faut pas y retourner tous les jours, j’ai maintenant mon mercredi tout entier, youpiiiiii…
    Pour ce qui est de l’écolier, la déception de ne pas avoir la maîtresse de l’année dernière (qui passait elle aussi en CE2), et ces meilleurs copains a été balayé par la rage d’avoir à nouveau des devoirs !!
    Bisous

    • Johanna
      14 septembre 2018 a 21 h 18 min

      Le retour à une certaine normalité… normal je pense de se demander un peu à quoi tout cela rime…

  12. Claire
    12 septembre 2018 a 10 h 05 min

    Nous étions également en vacance la dernière semaine avec un mariage à la clé le dernier week end. Effectivement, je trouve que c’est une bonne idée ces vacances en toute fin 🙂

Un petit commentaire et je suis au paradis!