,

PuNaise, ellE fait paS ses nUits…

Wendoï-dort

Je vais reprendre le boulot et elle fait pas ses nuits.

Nan, mais c’est un truc de dingue. Elle faisait ses nuits à 1 mois. J’ai crâné. Et là elle nous gratifie maxi de 5 heures de sommeil d’affilé.

Non, je ne me plains pas (oui, ce n’est pas évident à la première lecture).  J’ai connu VRAIMENT pire que pire en la petite personne de Chupenn. 30 mois pour les faire, ses nuits.

(Et encore, dans ce domaine, on trouve toujours pire que soi. Le record actuel étant détenu par ma copine-collègue V avec… 11 ans  de nuits pourries pour son aînée. Chupenn peut aller se rhabiller.)

Bref, je sais bien que Wendoï est plutôt catégorie Marmotte… (Mais on n’est jamais content de ce qu’on a, ma bonne dame…)

Certes, les nuits blanches de Wendoï se comptent sur les doigts d’une main. Certes, ce n’est pas super violent, les nuits blanches de Wendoï. C’est juste qu’elle n’a pas sommeil et qu’elle veut pas être toute seule. Elle pleure pas (trop), ce qui ne signifie pas qu’elle soit silencieuse (capable de sacrées vocalises dans le silence de la nui)t. Les nuits blanches façon Wendoï se vivent les fesses calées dans un fauteuil, en surfant sur internet. Nuits beaucoup plus confortables que celle de son frère qui exigeait que l’on marche au pas cadencé (si toutefois on caressait le fol espoir qu’il arrête de nous casser les oreilles dans un délai variant de 20 min à 2 heures).

Mais voilà, après s’être royalement passée du biberon de minuit-une heure à 30 jours, après avoir décalé celui d’après vers les 5h30 du matin, elle re-mange couramment deux fois par nuit.

Certes ça dure pas trop, ces arrêts au stand pour faire le plein. Généralement, en une heure max c’est plié. Et même quand elle se réveille autour de 5-6 heures, les vacanciers que nous sommes arrivent à la recoucher pour s’en re-payer une ‘tite tranche jusqu’à 8h-8h30 …

Donc, non, je peux pas me plaindre. Et encore, je ne vous parle pas du « four o’ clock pact » qu’on a passé avec Pacs-que-c’est-Lui. (En gros, avant 4h, c’est lui qui gère, après c’est moi) ;

N’empêche que moi, la nuit je suis d’une humeur de chien.

N’empêche que je m’étais faite à l’idée que Wendoï ferait lar-ge-ment ses nuits à ma reprise du boulot.

N’empêche que j’avais l’impression que les bonnes nuits de Wendoï étaient un juste retour des choses.

N’empeche que c’est un camouflet… j’avais (quand même) l’impression que c’était un peu grâce à moi. Et à nos stratégies, du rituel du coucher au bib de complément le soir. (ah ah ah, la bonne blague, et pour Chupenn, c’était à cause de toi alors ?)

N’empêche que ça m’énerve.

Alors oui, comme dit Pacs-que-c’est-Lui (vous-ai-je déjà parlé de l’optimisme de Pacs-que-c’est-Lui ? Pacs-que-c’est-Lui est un positiviste invétéré. Un fanatique du verre à moitié plein. Ce qui est très bon pour en temps normal, mais à 2h30 du matin, ça m’énerve). Donc, comme dit Pacs-que-c’est-Lui,

  • On n’est pas chez nous
  • Elle a mal aux dents
  • On dort dans la même chambre qu’elle, et on gagnerait ½ heure avant de l’entendre
  • Elle est au sein (sauf dans le cadre du four o’ clock pact, voir ci-dessus).

Et comme je dis moi, avec mon humeur de dogue allemand de 2h30 du mat’ « tu verras ce que je te dis, je vais reprendre le boulot, elle fera pas ses nuits… ».

Bref, les nuits de Wendoï sont à ma bonne humeur ce que Candy Crush est à la productivité.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un petit commentaire et je suis au paradis!