Septembre, rentrée et boule de gomme.

Que dire de septembre si ce n’est que l’on a fait la rentrée? D’avoir trop crié victoire au soir du premier jour, j’ai appris à attendre un délai raisonnable avant de parler de la rentrée au passé. 3 semaines et demi, ça me paraît pas mal. Wendoï a eu le temps de se lasser de la cantine qui lui apparaissait comme le nouvel eldorado. Chupenn, 3 semaines après, continue de me dire qu’il s’est trop habitué aux vacances. Bon. Mais, au fait, comment on sait qu’ils ont fait une bonne rentrée ? On guette tous les petits signes, on se fait une montagne d’un micro événement, on sur-interprète la moindre référence à un épisode scolaire, bref, on grimpe de plusieurs cases dans l’échelle de la psychose parentale. Comme d’habitude mais en pire.

La rentrée de Wendoï en classe d’élite

J’étais très inquiète parce que Wendoï avait arrêté de jouer à la maîtresse. Dans l’absolu, ça m’arrangeait plutôt de ne pas avoir à me mettre en rang toute la sainte journée, de pouvoir lui parler sans lever le doigt. Mais quand même, ça m’inquiétais. Il faut dire que la marche est haute pour Wendoï. Elle a quasi sauté un niveau à l’insu de son plein gré. Elle est dans une classe où 80% des gamins sont en grande section et les 20% restants de janvier. Sauf elle, et une autre petite d’août (mais qui sait déjà lire). Bref, la mère est pas loin de penser qu’ y’a erreur de casting.
Evidemment tout se passe merveilleusement bien à l’école et le piédestal sur lequel elle se hisse à la force du poignet brille de mille feux.
Mais ça demande un sacré effort d’adaptation. Pour nous, surtout. Parce que, troquer une sieste de deux heures contre une séance de phonologie ça nous transforme la Wendoï en une espèce de harpie ado hystérique passé 18 heures trente. Pour le moment, on se contente de mettre des boules Quiès et de lui tendre un biberon de chocolat au lait, avant de la coucher le plus rapidement possible pour la sauvegarde de la santé mentale de toute la famille. Mais elle a recommencé à jouer à la maîtresse. J’ai recommencé à devoir lever le doigt pour lui parler. Du coup, quand ce matin, elle ne voulait pas aller à l’école, je n’ai pas paniqué.
Et effectivement, la seule chose qui la dérange à l’école, ce sont les 10 minutes de temps calme la tête dans les bras. T’imagine pas, la honte, si elle s’endormait

Perluette, rentrée après l’équivalent de 6 ans de vacances

Perluette est retournée chez nounou après deux mois d’interruption. Deux mois quand on en a 13. Comme si moi, je n’allais pas au boulot pendant 6 ans et que je me repointais, un matin, l’air de rien. Ça c’est super bien passé. Et mon indicateur-phare, ce sont les yeux de nounou qui pétillent quand elle raconte les coups pendables de Perluette. Perluette qui pique une crise parce qu’elle veut manger toute seule (seuls ses parents supportent de la voir manger la purée à pleines mains – d’ailleurs ça les arrange, comme ça ils peuvent utiliser leurs propres mains pour se protéger des décibels émis par la sœur). Perluette qui, sur son passage, écrase tous les enfants réunis sur le tapis pour écouter l’histoire, et qui s’installe, seule sur le canapé avec son livre à elle. Perluette qui parle comme si elle parlait.
Que moi, je trouve ma fille géniale, je trouve ça normal (fatigant pour tout le monde, mais normal) mais que nounou soit d’accord, c’est la consécration.
Et peu m’importe de n’avoir jamais vue cette enfant marcher autrement qu’en vidéo. Il faut bien que nounou ait ses privilèges aussi ;

Chupenn est rentré. Mais c’est tout ce qu’on sait.

Quant à Chupenn, ce qui se passe à l’école est un secret toujours aussi bien gardé. Il continue aussi de trouver superflu d’apprendre les prénoms de ses camarades, donc on ne sait pas vraiment qui est dans cette classe. Techniquement, on a photographié la liste des élèves, (je rappelle que nous sommes à notre 6eme rentrée scolaire que j’ai sur mon téléphone les photos de 3 ans de dictée et autant de poésies). Mais ne sachant pas qui est qui, on nage en eaux troubles.
Son humeur à la sortie de l’école est fonction des 10 dernières minutes qu’il a passé au centre de loisirs.
Nous avons expérimenté toutes les météos possibles, de l’avis de tempête au grand soleil selon qu’il a gagné ou perdu aux échecs, en gros.

Le fiasco de la réunion de rentrée…

Bref, j’attendais la réunion de rentrée où tu essaies de caser tes genoux sous le pupitre de ton enfant pour avoir un éclairage sur l’orientation pédagogique-cible du CE2, sur les projets scientifico-historico-sportifo-ludiques de l’année 2018-19 et surtout, surtout pour voir la bobine de la maîtresse. (Le 3 septembre, j’étais affectée à la rentrée de la classe d’élite de moyenne section, pas vu la maîtresse de CE2) Cette réunion de CE2 fut un échec cuisant ; Le plus beau de toute ma carrière. Déjà, la réunion tombait même jour même heure que la réunion de la classe d’élite de moyenne section. Sans possibilité de faire garder les enfants (en gros tous les gens que tu connais ont réunion d’école). Là où ça se corse, c’est qu’il était explicitement dit que les enfants n’étaient pas les bienvenus à la réunion de maternelle. (Comme ça, on est raccord avec l’orthophoniste du village qui met sur son répondeur qu’il faut laisser son nom et son numéro de téléphone en parlant bien DISTINCTEMENT) (véridique). Bref, je comptais sur l’aplomb de Pacs-que-c ’est-Lui pour imposer Wendoï au personnel enfantophobe de l’école, mais je n’ai pas eu le cœur de lui coller aussi Perluette. Perluette est donc partie pour la réunion de CE2. Avec sa mère et son frère, mais ces deux-là se sont avérés beaucoup plus calmes. Digression biberon. Oui, Perluette boit des biberons maintenant. Comme quoi tout change. Bref, cela fait 7 ans et demi que nous sommes fidèle à la marque anglaise de biberon français et jamais aucun de ses ustensiles n’a eu l’outrecuidance de se briser en répandant son contenu partout. Jamais. Jusqu’à cette fameuse réunion de CE2. Je pensais qu’un bon biberon serait de nature à occuper Perluette pendant 30 ‘. Ou 10’ ou seulement 5’. En fait, la maîtresse n’avait pas encore fermé la porte que Perluette visiblement très contrariée a balancé son biberon dans un geste qu’une lanceuse de poids Est-allemande n’aurait pas dédaigné. Il s’est cassé. C’était pas de l’eau, hein. Nous on est chocolat, ça va beaucoup mieux avec la couleur des murs.
Fin de l’histoire. Essuyage approximatif, Bébé hurlant, excuses baragouinées, Chupenn récupéré, école évacuée.
(On s’est pris une averse sur le retour – Loi de Murphy). Je mûris donc depuis deux jours la lettre d’excuse que je vais écrire à cette maîtresse dont je ne connais toujours pas le son de la voix.

Ma rentrée de mère révoltée (la plus réussie)

Mais septembre retiendra aussi une grande victoire dans laquelle je fus un petit soldat. C’est l’histoire d’une grosse colère qui m’a prise au milieu de l’été.
Quand j’ai inscrit Wendoï à la cantine, j’ai dû signer une déclaration sur l’honneur comme quoi ma fille n’était pas porteuse d’une allergie alimentaire. Formalité totalement discriminatoire et hors la loi évidemment.
Wendoï n’a pas d’allergie mais Chupenn, si. Je savais qu’il n’était pas admis au restaurant scolaire, j’avais la vague impression que ce n’était pas normal mais comme on a une solution alternative qui nous convient, je n’avais pas vraiment creusé. Mais ce formulaire m’a révoltée. J’ai passé une partie de l’été à me renseigner, à monter un dossier, pris contact avec les associations de parents. J’ai rencontré du monde, association et parents. Je me suis fait une copine hystérique et donc très sympa dont le fils est aussi allergique (l’hystérie chez les mères doit être un facteur favorisant de l’allergie, je vois que ça…). Et puis, mercredi dernier, contre toute attente, la situation s’est débloquée. Cantine ouverte à tous à compter dès la rentrée prochaine. Pour un peu, ça me donnerait envie de m’attaquer maintenant au répondeur de l’orthophoniste. C’est fatiguant, ces rentrées, je crois que Chupenn a raison, ça nous fout dedans ces grandes vacances. J’espère que vous êtes remis de vos rentrées. Enfin, celles de vos enfants. Enfin, on se comprend…
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

13 comments on “Septembre, rentrée et boule de gomme.

  1. 3 enfants en 3ans
    28 septembre 2018 a 9 h 09 min

    Eh bé,c’est de la rentrée ça !
    L’histoire des allergies alimentaires qui excluent de la cantine : WTF ?
    Le coup du biberon, je compatis… et j’ai remarqué que cela arrive surtout aux personnes qui n’ont pas envie de se faire remarquer :p
    Peut être pourras tu prendre RDV pour une séance de rattrapage ? Ou qu’une maman charitable pourra te faire un compte rendu (je l’ai fait pour une copine : la réunion des CP et de CE1 était le même jour à la même heure, un vendredi soir… alors que son mari comme elle travaille jusqu’à 19h/20h les vendredis et lundis)

    • Johanna
      7 octobre 2018 a 17 h 51 min

      Oui, exclure les enfants allergiques de la cantine, sous prétexte de la sécurité, ça existe! Le pire c’est qu’en l’absence d’alternative, il y a bien des enfants allergiques qui y déjeunent… sans que rien ne soit prévu… et pour la réunion, j’ai eu les notes d’un papa charitable, ce qui m’a permis de me retrouver dans les sigles (ex: mardi , leçon C2 S3 … signifie leçon de conjugaison et de sciences). Nan, mais toi, Quelle idée aussi de cumuler CE1 et cp, hein?

      • 3 enfants en 3ans
        7 octobre 2018 a 19 h 05 min

        Hé Oh rigoles pas : l’an prochain c’est moi qui aurait un enfant en CP, un en CE1 et le 3eme en MS/GS… Cela sera un peu sport je pense 😉

        • Johanna
          7 octobre 2018 a 19 h 52 min

          Et ton année 20xx avec 2 bac et un brevet, on en parle?

          • 3 enfants en 3ans
            8 octobre 2018 a 12 h 01 min

            Pas possible : mes 3 enfants sont trop petit pour envisager un jour de passer le bac ou un brevet
            (nan mais t’es une grande malade toi, tu veux me faire faire une crise cardiaque ? )

  2. Mam'Weena
    28 septembre 2018 a 21 h 49 min

    Ça c’est de la réunion de rentrée
    Ici, un début de réunion commune à toutes les maternelles, j’ai du trancher entre TPS et MS … u e maman s’est gentiment proposer de me faire un résumé de la TPS.
    Sinon, 4 semaines de classe et un premier matin sans pleure avec un petit qui me met à la porte, je peux commencer crier victoire ? (Propreté non inclue )

    • Johanna
      7 octobre 2018 a 17 h 53 min

      Bravo pour le main sans pleurs! N’oublies pas de t’en attribuer tout le mérite, c’est pour les fois où c’est tout de notre faute!

  3. Entrelescailloux
    29 septembre 2018 a 12 h 36 min

    Le coup du biberon….

    • Johanna
      7 octobre 2018 a 19 h 44 min

      Ouais. M’en parle pas. Dans un film, on trouverait ça trop gros

  4. tobemummysite
    30 septembre 2018 a 15 h 39 min

    Je prends plaisir à retrouver ta plume authentique et drôle! Ce fut apparemment une rentrée haute en couleurs! Ici la reprise de la Nounou a piqué une dizaine de jours où les décibels du matin devaient égaler celles de Wendoï après 18h. Puis ça s’est tassé, La Bête a repris le rythme et c’est maintenant avec une indifférence presque blessante qu’elle me dit au revoir le matin! Quant à ma rentrée à moi, décevante, classes (REP) chargées, agitées, démotivées incroyablement faibles (aucune mention inutile n’est à rayer). L’année risque d’être fort fort longue!

    • Johanna
      7 octobre 2018 a 19 h 46 min

      Je compatis à ta rentrée d’autant que Pacs-que-c’est-Lui me raconte la même chose! Est ce que tu connais le petit bouquin « ils sont encore plus nuls que l’an dernier! »? C’est top!

  5. Madame Bobette
    3 octobre 2018 a 12 h 39 min

    Quel plaisir de te lire 🙂
    Bon le coup du biberon… j’avoue, je ne suis pas certaine que je l’aurais bien vécu! J’espère que tu finiras par avoir l’opportunité de rencontrer cette gentille maitresse 😉

Un petit commentaire et je suis au paradis!