Nouveau-ne-quelques-jours-dort
,

Survivre aux 1ères nuits avec bébé… mes trucs

Je ne pensais pas faire un jour un post sur le sommeil des bébés parce que longtemps, le sujet m’a paru insoluble. Il l’est toujours d’une certaine manière…

Mais au bout de 3 enfants et x mois de sommeil haché, j’ai trouvé quelques trucs (de bonne femme) qui aident (un peu) à tenir le choc …

 

Dormir quand le bébé dort… Merci #lesgens pour le précieux conseil …

 

Mais le problème, c’est qu’être réveillée 10 minutes après s’être endormie, c’est pire que se ne pas dormir. Si seulement je savais identifier à l’avance les créneaux où le bébé va dormir, disons, plus de 3/4 d’heure, tout irait bien. Et puis j’avais beau être éreintée, j’étais pas forcément capable de dormir sur commande à 17h34 ou a 11h38. En particulier quand l’épuisement devient psychologique, le sommeil nous fuit. Et dormir devient mission impossible…

 

Bref, après avoir manqué de perdre la raison de fatigue, j’ai un peu bossé le sujet…et finalement, plus efficace que « dormir quand le bébé dort », mieux vaut « se détendre quand le bébé dort ». (ouais) (mes excuses à ceux qui pensaient lire la solution-miracle).

 

Se détendre sur un temps court, c’est possible. Sortir de son état de détente à n’importe quel moment sans être trop à la ramasse, c’est possible (pas toujours mais parfois). Et, cherry-on-the-cake, si par bonheur, la sieste de bébé se prolonge, le sommeil vient de lui même (ou pas).

 

Et puis, il faut des techniques ultra-simples. Quand on est épuisé, impossible de maintenir son attention longtemps. Impossible de s’initier à des techniques élaborées. Il faut du simple, du rapide et sans contrainte.

Voici mon best-of:

 

– décoller sa langue du palais.
Plus simple, tu meurs. Et pourtant, ce simple geste arrête le flot des pensées, comme si on débranchait la machine. Chez moi, c’est étonnant d’efficacité.

 

– maintenir son attention… le temps de trois respirations. A la 1ère expiration , on détend volontairement les yeux . A la 2ème, la mâchoire, à la 3ème expiration, les épaules. En 3 temps 3 mouvements, on est déjà beaucoup plus détendu, proche de l’état de sommeil.

 

s’imaginer dans un lieu qui détend et qui apporte de l’énergie. Toujours le même. Plus on fait cet exercice qui est emprunté à la sophrologie et à l’auto-hypnose, plus il « marche » vite. Et comme j’ai pas peur du ridicule, voici la scène dans laquelle je me projette : je m’imagine en haut d’une montagne. Je sens l’air froid sur mes joues. Le soleil se lève, il brûle mes joues et réchauffe l’air froid. Le paysage est magnifique, apaisant. J’entends les bruits de la vallée, et le vent dans mes oreilles. C’est calme, c’est énergisant.
Bon, moi, j’ai grandi à la montagne, alors, forcément… J’ai une copine qui s’imagine en train d’étendre le linge dans son jardin par une belle journée d’été… peu importe la scène à condition que ça parle.

 

 

regarder des vidéos de cohérence cardiaque. C’est une technique qui a été élaborée pour soigner les GI souffrant de stress post traumatique. C’est simplement une technique de respiration, 5 secondes d’inspiration et 5 secondes d’expiration. Grâce à la vidéo, on est guidé par un visuel, ce qui permet de rester concentré pendant 5 minutes. J’ai une amie qui a mis fin à des années d’insomnie grâce à la cohérence cardiaque. Il suffit de taper « cohérence cardiaque  » dans Google pour trouver des vidéos gratuites, sinon, moi j’utilise celle-ci.

 

mettre une boule Quies. Une seule, dans l’oreille qui n’est pas dans l’oreiller. Et pas trop enfoncée. Ça n’empêche pas d’entendre le bébé se réveiller (promis) mais ça baisse le niveau d’hypervigilance. (genre, se lever d’un bond au premier bruit pour rester ensuite plantée comme une courge devant le berceau parce que le bébé, il dort encore.)

 

mettre un masque de nuit. OK, c’est moche. Mais se mettre dans l’obscurité, ça limite les stimulis visuels et ça aide…

 

Voilà le fruit de mes recherches pendant les x mois de nuits hachées. Chez nous, « faire ses nuits » ça se compte ni en semaines ni en mois (voile pudique).(Enfin, je suis pleine d’espoir sur la capacité de Perluette à démentir la légende familiale).

 

Et chez vous? vous avez survécu comment?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

30 comments on “Survivre aux 1ères nuits avec bébé… mes trucs

  1. Le Rire des Anges
    27 août 2017 a 20 h 23 min

    Ha ha! Assise comme une courge devant Petite Marmotte Qui dort comme une bien heureuse… ça me parle!! Je n’oserais pourtant pas mettre une boule quies!
    Bon je vais jeter un œil au truc de GI!!
    Et Oui j’ai survécue mais je n’ai aucun mérite, Petite Marmotte dort plutôt pas trop mal…

    • Johanna
      28 août 2017 a 2 h 16 min