Je suis venue (nous sommes venus) à bout de la Noire de Figuerolles. Puisque les zigomatiques sont à peu près les seuls muscles de mon corps à n’avoir pas mal, j’en profite, et vous le répète, la noire de Figuerolles, c’est fait. D’accord, vous ne connaissez pas la noire de Figuerolles. Et donc cela vous faitDécouvrir la suite

5
Partager

Dimanche, poussant poussette et portant force attirail en vue d’une échappée hors de la moiteur de la ville, j’ai découvert ma voiture à moitié cramée. Elle était une parmi les cinq qui, vraisemblablement, ont fait les frais d’un essai de cocktail molotov, (a priori quand il fait chaud, les cons ne peuvent pas boire des mojitosDécouvrir la suite

0
Partager

Dans le courant du mois d’avril m’est apparu comme lubie de refaire le sol de la pièce à vivre. Et de l’entrée. Et de la cuisine. Pour « faire entrer l’appart dans le 21ème siècle ». Malgré ce slogan que je trouvais mobilisateur, Pacs-que-c’est-Lui était dubitatif. Même pas peur, j’allais m’en dépatouiller toute seule, avec les lattesDécouvrir la suite

0
Partager
,

Le Grand Saut. On s’est décidé en deux heures. L’occasion s’est brusquement présentée entre Noël et Jour de l’An. L’occasion de tout quitter et de muter (comme les insectes). Au sud (comme les oiseaux), au soleil de l’enfance de Pacs-que-c’est-Lui. Coté pile la promesse de quelques mois familialement compliqués. Vendre l’appart. Sauter dans des trains.Découvrir la suite

1
Partager

  Quand Chupenn nous a déclaré que ce qu’il aimait le moins à l’école,  c’était la couchette, ça ne nous a pas étonné. Comme, les semaines passant, le stress de la réussite quotidienne de la couchette allait en s’accentuant, on s’est décidé à intervenir. Pacs-que-c’est-Lui est allé voir Charlotte, la maîtresse de la couchette, etDécouvrir la suite

0
Partager