Moi qui craignais de tomber dans le rose bonbon à outrance, me voilà rassurée. Aujourd’hui, on déterre les mauvais souvenirs.   Le deuxième mois de Perluette a commencé et les pleurs quasi inexistants sont devenus plus fréquents. Plus intenses et peut-être, plus douloureux. Rien d’insurmontable, juste de quoi se souvenir que le lâcher-prise qui aDécouvrir la suite

3
Partager