Madame Connasse

Après 7 mois et demi de congé mat, lundi dernier, j’ai repris mes deux bouts d’autoroute, mon badge, mon ordi et un semblant de brushing pour faire ma rentrée à moi.

Mon bureau était occupé par quelqu’un que je connaissais pas, comme lors de mes deux autres retours de congé mat. Professionnellement, ce fut une semaine intense. Je ne voudrais pas renoncer à ma seule ligne éditoriale qui est de ne pas parler boulot, mais c’est dommage, il y avait du potentiel, comme on dit dans les rh. Il y avait du désopilant, de l’absurde, des coups bas, des cris, des pleurs et des fous rires. Des nouvelles histoires de cul de coeur, beaucoup trop de galette des rois, des jeux de mots douteux. Bref, la semaine était chargée.

A la maison aussi, la semaine a été chargée. A tel point que je me demande si cette accumulation de gastro, de panne de voitures, de nuits pourries, de jours enfants malades (oui oui déjà) , de pipettes de doliprane, de pharmacies de garde a une chance d’être crédibles aux yeux de mes lecteurs. Dans le doute, je vais plutôt vous présenter Madame Connasse.

Avant ce jeudi 8h25, madame Conasse ne s’appelait pas encore madame Conasse. Elle était juste la maman de Léon.

Léon, il est dans la classe de Wendoï. Et moi, je suis potentiellement copine avec toutes les mamans de la classe de Wendoï. Rapport au fait que jusque à présent, un petit quart d’heure de conversation entre adultes avant d’attaquer ma journée de babillage avec Perluette m’était aussi nécessaire que mes 0,4 L de thé brûlant.

Madame Connasse ne me répondait certes que du bout des lèvres à mes bonjours tonitruants, mais elle n’était pas encore madame Conasse.

Mais déjà elle avait un bon potentiel, comme on dit dans les RH.

Un jour, j’avais appelé son fils « Léo ». A la façon dont elle m’a répondu vertement que « Léo et Léon c’est pas pareil », et j’ai bien senti qu’en oubliant une lettre au prénom de son gosse, je lui avais fait dégringoler l’échelle sociale de plusieurs CSP. Et que c’était grave.

Mais, on était en octobre, j’étais pour toujours en congé mat, et elle n’était pas encore madame Conasse.

Elle est devenue madame Connasse le jeudi de ma reprise.

Jeudi, nous sommes partis sous la pluie avec les 10 minutes de retard qui me paraissent dans l’absolu une bonne performance, eut égard à la liste de tâches à réaliser pour lever, nourrir, habiller et conduire, dans un état compatible avec la vie en société, l’ensemble des petites personnes composant mon foyer. Mais ces 10 minutes de retard peuvent faire la différence entre la situation A : le portail de l’école est ouvert (all right), et la situation B: le-dit portail est fermé (problème. Je veux dire: problèmes).

J’avais quand même 22 de tension, soit 1 point par caprice fait par Wendoï entre 7h20 et 8h25.

Perluette ne touchait sa poussette que par deux points : l’arrière du crâne et les talons, et le niveau sonore ne laissait pas place au doute: elle était moyennement ravie d’être là (l’art de la litote).

Chupenn n’avait qu’un gant sur deux. Et des chaussures carrément pas adaptées au temps pluvieux. La paire ad hoc , il avait vraisemblablement pataugé dans la crotte avec. Oui, la crotte. Et la mission decrottage de semelle si près de mes tartines matinales, c’est juste au dessus de mes forces.

Après, à 5 mètres du portail, Wendoï est tombée dans une flaque d’eau, cul par-dessus trottinette. Quand une gentille dame a voulu la relever, elle s’est roulée de colère dans la pelouse mouillée. Quand cette enfant trébuche, il faut surtout faire comme si de rien n’était. Ne pas venir à son secours. Ne pas voir. Chuter du haut de son mètre n’est rien par rapport à chuter de son piédestal. Bref, j’ai remis Wendoï hurlante et dégoulinante sur ses pattes, accroché la trottinette à la poussette, et essayé de négocier l’entrée dans le sas de l’école.

Je ne sais pas qui a conçu ce sas, mais soit c’était un ayatollah du portage soit c’était juste un mec qui avait pas percuté qu’une école maternelle c’est une autoroute à poussette. 
Ce sas c’est juste le Paris-Dakar de la poussette : deux systèmes de portes à doubles battant. Qui ne s’ouvrent pas dans le même sens.  Et le petit sas est tellement petit qu’il faut tenir en même temps les deux portes. Voire les quatre portes si la poussette est trop large (à cause d’une trottinette, par exemple). Et encore, je vous ai pas parlé du petit seuil de quelques centimètres. 
Bref, engluée dans mes misérables considérations matérielles,  j’ai pas remarqué que la future madame Connasse me tenait l’une des 4 portes.

– » …de rien »

Je ne l’avais pas remercié.
Crime de lèse-majesté.

Dans ces quelques mots, j’ai entendu tout le dédain de la « maman calme » version zéro de camaraderie. Pas celle qui t’agace de sa perfection, celle qui prétend être agacée de l’imperfection des autres mamans. 

C’est tellement une « Question d’éducation », pour madame Connasse.

C’est pourtant pas dieu-compliqué d’élever des enfants, pour madame Connasse.
Je lui aurai bien craché tout mon stress à la figure. Si je ne l’ai pas fait, croyez bien que c’est pas que je suis super bien élevée, c’est que j’ai manqué d’à-propos.
Alors pour me remettre un peu de cette semaine éprouvante, j’ai décidé que j’allais cordialement la détester. Qu’elle serait mon monsieur carnaval à moi option blondeur Mixa Bébé. Mon bouc émissaire en total look Petit Bateau.
Lui passer sous le nez sans la saluer est mon petit plaisir honteux du matin, ma blague de maman-potache, dans le tunnel trop planifié du 6h-9h. C’est mesquin au possible, mais c’est transgressif juste comme j’en ai besoin.

C’est que ça l’indispose, madame Conasse, si peu de savoir-vivre si près de sa perfection.

Et vous avez-vous votre madame Connasse? Dépêchez- vous, c’est bientôt carnaval!

Ps: alors oui, madame Connasse,  j’aurai pu l’appeler madame cul-cul-la-praline ou  madame cul-serré, ça aurait été plus distingué. Mais voyez-vous, un autre plaisir expiatoire redécouvert grâce à ma reprise du boulot, c’est de  pouvoir dire des gros mots impunément de 8h30 à 18h.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • 0

    Overall Score

  • Vote des lecteurs0 Votes

Vous aimerez peut-être